Rénover son habitat : par où commencer pour réussir ses travaux ?

Entreprendre de rénover son habitat est un projet exaltant.

On a souvent pleins d’idées, pleins d’envies, pleins de rêves.

On a envie de se lancer et de se jeter tête baissée dans le concret pour avancer vite et bien. 

Sauf que si l’on s’y prend mal, on est vite refroidi par une multitude de questions, voire par des problèmes bien réels.

Le projet de rénovation excitant devient alors stressant et épuisant.

Par où faut-il commencer ? Quelles actions mettre en place en amont pour être certain de réussir ses travaux? Comment savoir si la solution retenue est la bonne pour moi, pour ma situation, pour mon projet ?

Comment faire le bon choix ?

Comment faire le bon choix ? – © Letizia Bordoni

Ces questions, la plupart des gens se les posent à un moment ou un autre. Malheureusement, trouver les bonnes réponses adaptées au contexte de notre habitat n’est pas toujours évident, notamment quand on manque de temps et qu’on n’est pas « du métier ». 

Dans cet article je vais vous partager une méthodologie simple et efficace pour vous donner toutes les chances de partir sur de bonnes bases afin de réussir votre projet de rénovation

Cette méthode, je l’utilise sur chacun de mes projets depuis des années. Et avec l’expérience, j’ai appris à l’étoffer pour la rendre à la fois complète et rapide à mettre en place.  

Car un projet réussi, comme une maison bien construite, s’appuie avant tout sur des fondations solides.

Pilier n°1 de votre rénovation : ma maison idéale

Si tout était possible

Cela peut paraître hors sujet mais la première question que je pose à mes client-es est : « si tout était possible, à quoi ressemblerait la maison idéale ?« 

Vous n’imaginez sans doute pas l’importance de cette question ! Plusieurs personnes m’ont dit avoir changé leur regard sur leur projet après y avoir répondu. 

L’exercice est simple, il s’agit d’y répondre sans filtre, en couchant sur le papier tout ce qui vous passe par la tête (c’est crucial). Faites abstraction du contexte et lâchez-vous. Il faut noter au moins 15 idées. Vous pouvez vous aider en pensant à des souvenirs de lieux que vous avez trouvés particulièrement agréables (lors d’un séjour en vacances par exemple). 

si tout était possible ?

Si tout était possible ? – © Randy Tarampi

L’essentiel pour vous

Une fois que vous avez votre liste devant vous (par exemple : une maison lumineuse, dans la nature, avec un grand atelier pour travailler et un toboggan pour descendre du premier étage…), posez-vous la question suivante : parmi cette liste, si vous ne deviez garder que 3 idées, lesquelles ce seraient ? 

Surligner ces 3 idées sur votre feuille. 

À partir de là on a de quoi travailler pour la suite.  

Car cet exercice a pour but de vous donner une ligne directrice pour faire des choix tout au long du projet. 

Dès que vous aurez des questions, des hésitations, vous pourrez désormais vous demander : laquelle de ces solutions me rapproche le plus de l’un des 3 points essentiels de ma liste ? 

La prise de décision sera alors plus fluide. Vous gagnerez en temps, en énergie et en sérénité car vous saurez que vos choix sont alignés avec vos envies les plus grandes sur ce projet. 

Pilier n°2 de votre rénovation : définir son projet

Dans la lignée du pilier précédent, le second pilier consiste à préciser les contours de son projet en répondant aux questions suivantes : 

  • Quel est le but de ces travaux de rénovation ? (pourquoi j’entreprends ce projet ?)
    • Ex : je souhaite refaire l’intérieur à mon goût (revêtements sols, murs, plafonds, cuisine) et créer une nouvelle salle de bain à l’étage. Je veux également améliorer le confort thermique en été et diminuer le bruit transmis par le mur mitoyen de la chambre 2.  
  • Dans quel contexte ce projet s’inscrit (environnement proche, climat)  ?
    • Ex : l’habitat est une maison en pierre située à Bordeaux. Elle est sur 2 niveaux : salon, cuisine, entrée et bureau au RDC puis 2 chambres, un dressing et une salle de bain à l’étage. Elle est mitoyenne des 2 côtés Est et Ouest. Le jardin est orienté au Sud sans masques avoisinants. La façade Nord donne sur la rue. Le climat est doux en hiver (mais il faut quand même chauffer) et chaud en été (parfois très chaud). La maison a été construite au début du XXème siècle. Elle a subit quelques rénovations intérieures depuis mais sans modifier sensiblement son organisation ni sa composition.  
  • Pour qui est-ce que je souhaite réaliser ces travaux (aujourd’hui et demain) ?
    • Ex : pour moi et ma famille (2 adultes et 2 jeunes enfants)
  • Quelle est la temporalité du projet (début, durée, fin escomptée) ?
    • Ex : je souhaite commencer à définir le projet dès maintenant pour un début des travaux d’ici 3 mois et une fin des travaux dans 6 mois idéalement. 
  • Quelles ressources je vais pouvoir mobiliser pour faire ce projet (temps, argent, personnes) ?
    • Ex : je pourrai y consacrer environ 1h / jour à partir de maintenant. Je ne ferai pas les travaux moi-même, sauf un peu de peinture éventuellement en fonction du budget final (pendant les week-end). J’ai provisionné 20 000 € pour ces travaux (hors aides et crédits d’impôts). Si cela dépasse il faudra que je fasse des choix pour reporter certains travaux à plus tard. 
Les lecteurs de cet article ont également lu :  11 conseils pour suivre son chantier comme un pro (ou presque)

Il est important de prendre le temps de répondre à ces questions et de le faire par écrit. C’est en prenant le temps nécessaire que les choses s’éclaircissent et deviennent plus évidentes, rendant le risque de « se tromper » plus restreint. 

Bien définir son projet en amont

Bien définir son projet en amont – © Glenn Carstens Peters

Pilier n°3 de votre rénovation : le diagnostic de l’existant

Faire une investigation approfondie de votre maison

Maintenant que vous avez une direction il faut voir comment intégrer ces points dans le projet. 

Pour cela, l’étape suivante est de faire un diagnostic complet de l’état existant de la maison.

Alors comment procéder pour réaliser ce diagnostic ?

D’abord, notez ce qui vous semble pertinent au premier abord. Écoutez votre bon sens et observez la maison de l’intérieur et de l’extérieur. Le ressenti et l’état visuel donne déjà beaucoup d’informations utiles. 

Posez-vous les questions suivantes :

  • Quel est l’état des façades et de la toiture ? Y-a-t-il des fissures, des traces d’usures ? De quand date le dernier entretien (ravalement / changement de la couverture) ?
    • Notez également la présence de reprises, de réparations visibles, de mousses sur le toit, de tâches…
  • La maison est-elle humide ?
    • Regardez si vous voyez des traces noires ou de moisissures dans les angles, autour des fenêtres ou au pied des murs notamment et notez dans quelles pièces. 
  • Les murs et la toiture sont-ils isolés ?
    • Pour la toiture il y a parfois une trappe de visite. Si c’est le cas relevez l’état de l’isolant et son épaisseur. En-dessous de 20 cm ce n’est pas suffisant. Est-il bien réparti sur toute la surface de la toiture ? 
    • Pour les murs, notez s’ils possèdent un doublage intérieur en tapant dessus (cela doit sonner creux). Si oui essayez de faire un petit sondage pour savoir si un isolant est présent. Vous pouvez aussi démonter une prise et regarder derrière. Si la maison est récente et qu’elle possède un bardage extérieur, elle est probablement isolée par l’extérieur (dans ce cas vous aurez certainement des documents à votre disposition pour confirmer cela). 
  • Les fenêtres sont-elles en double-vitrage ?
    • Astuce : pour reconnaître un double-vitrage, approchez une flamme devant le vitrage. Si vous voyez 2 reflets de 2 flammes (donc 4 flammes au total) alors c’est bien un double-vitrage. Si vous n’observez qu’un reflet de 2 flammes, c’est un simple vitrage. 
  • Quelle est la sensation de confort thermique à l’intérieur (froid, chaud, courant d’air) ?
    • Si vous avez déjà vécu plusieurs saisons dans cet habitat vous saurez répondre. Dans le cas contraire, notez simplement votre ressenti sur le moment. Approchez-vous des portes et des fenêtres pour voir s’il y a des fuites ou une sensation de paroi froide (en hiver). S’il y a un étage, observez-vous un gradient de température important entre le RDC et l’étage ? Si oui c’est probablement que la toiture est insuffisamment isolée. 
  • Y-a-t ‘il des nuisances notables (bruit, vibrations, odeurs, vues…) ?
    • idem, notez ce que vous observez. Allez dans une pièce et demandez à une autre personne située ailleurs dans la maison si elle entend votre voix et si elle vous entend marcher (permet d’estimer la propagation des sons et des vibrations). 
  • Les pièces sont-elles lumineuses ? Sont-elles exposées au soleil ?
    • Faites un schéma en représentant les pièces de la maison et la course du soleil. Cela vous permettra de visualiser à quelles heures et dans quelles pièces pénètre le soleil. 

L'importance du diagnostic

L’importance du diagnostic – ©Tierra Mallorca

Ensuite, lisez les rapports des diagnostics remis lors de la vente du bien. Ils vous renseignent sur : les consommations d’énergie du logement, ses équipements et son niveau d’isolation, les risques amiante, termites, gaz, électricité, plomb, mérule, l’état des servitudes risques et d’informations sur les sols, l’assainissement non collectif et l’état des nuisances sonores aériennes. Vous pouvez également appeler l’organisme ayant réalisé le rapport pour que la personne vous explique ses conclusions. 

Pour compléter, prenez rendez-vous auprès de l’espace info-énergie de votre commune pour connaître les accompagnements disponibles. Certaines communes proposent un audit énergétique gratuit. Ce dernier viendra compléter les diagnostics obligatoires et vous proposera un bouquet de travaux adapté. 

Les familles de travaux

Ce diagnostic et les échanges avec les entreprises vont permettre d’identifier les travaux à faire et surtout de les classer par catégories. 

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Devis travaux : ma méthode pour faire le meilleur choix

On peut distinguer ainsi :

  • Les travaux liés à la sécurité et à la pérennité du bâti
  • Les travaux liés au confort
  • Les travaux liés à l’optimisation financière

La première famille constitue les travaux incompressibles. Il est probable que vous n’ayez pas retenu dans votre liste initiale : « avoir une installation électrique aux normes ». Néanmoins, il faudra bien le faire !

La seconde famille porte sur tout ce qui améliore le confort au quotidien. Que ce soit le confort thermique (par l’isolation, le choix des matériaux ou du système de chauffage), le confort acoustique ou encore le confort visuel (luminosité, esthétisme, décoration, vues). Les points que vous avez retenus ont probablement un rapport avec les éléments de cette famille. 

La troisième famille intègre les travaux qui sont de l’ordre de l’investissement. Cela peut être des travaux d’isolation permettant de réduire sa facture énergétique, des travaux d’agrandissement pour gagner en surface habitable ou par exemple des travaux de ravalement qui contribuent à augmenter la « valeur perçue » de la maison. Ces travaux ne sont souvent pas « essentiels » ni urgents mais ils peuvent aider à rendre l’opération financièrement viable.  

Bien entendu, certains travaux peuvent se ranger dans les 3 familles, car tout est souvent lié, mais vous voyez l’idée générale. 

Pilier n°4 de votre rénovation : savoir bien s’entourer

Le dernier pilier pour commencer son projet sur de bonnes bases est de réussir à bien s’entourer. Car un projet de rénovation est une aventure humaine que l’on ne peut généralement pas mener tout-e seul-e. Savoir mobiliser les bonnes ressources et accepter l’aide d’autrui sont des facteurs de succès quasi garanti. 

Savoir bien s'entourer

Bien s’entourer pour réussir son projet – © Michal Parzuchowski

Alors comment faire pour faire pour trouver les bonnes personnes qui vont nous aider dans notre projet de rénovation ?

D’abord, n’hésitez pas à parler de votre projet autour de vous. Vous recueillerez des conseils précieux à chaque étape du projet. Il peut s’agir de vos proches ayant déjà réaliser un projet similaire et/ou de vos voisins qui ont probablement quelques contacts d’entreprise à vous donner. Le voisinage est aussi une bonne source d’information sur le climat, le comportement des matériaux locaux, les évènements exceptionnels (inondations, vents dominants), etc. 

Ensuite, pour vous aider à définir les grandes lignes, vous pouvez vous adresser au CAUE de votre département (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement), au service urbanisme de votre commune, et à l’espace info-énergie. Toutes ces structures apportent des conseils et une aide spécifique la plupart du temps gratuitement. 

Une autre piste à explorer est bien sûr les entreprises. Elles réalisent des devis gratuits et vous donnent à cette occasion des conseils utiles sur l’état de votre habitat et la façon dont il faudrait appréhender les travaux. N’hésitez donc pas à en solliciter plusieurs (2 ou 3 par poste de travaux). Vous pourrez ainsi comparer leurs propositions (techniques, financières, délais de réalisation). Pour savoir comment faire le bon choix parmi plusieurs devis, vous pouvez lire cet article sur le blog.

Enfin, vous pourriez également participer en amont de votre projet à un chantiers participatifs. C’est un bon moyen de voir ce qui vous attend, sans être seul•e, et de commencer à étoffer votre réseau (artisans, contacts de fournisseurs dans votre région…). Cela permet aussi de trouver des bonnes idées et de tester avant de se lancer dans le grand bain. La plateforme Twiza est spécialisée dans la mise en relation entre les différentes parties prenantes.  

Pour aller plus loin

Pour découvrir d’autres articles et avancer dans votre projet de travaux, tapez un mot-clé dans la barre de recherche sur le site.

Si vous n’êtes pas encore abonné-e à La Case Robinson et que vous avez le goût de recevoir des conseils et astuces pour réaliser la maison de vos rêves, vous pouvez le faire simplement en indiquant votre email dans un des formulaires du site. 

Je vous enverrai le Guide pour avoir une maison plus écologique et plus saine et les découvertes que j’expérimente au quotidien.

Enfin, si vous avez un projet de travaux et que vous vous posez des questions comme : Comment avancer ? Quels matériaux choisir ? Comment faire autrement et plus écologique ? Comment mieux aménager l’espace pour le rendre fonctionnel et confortable ? Comment analyser les devis et discuter avec les entreprises ? C’est mon métier de vous accompagner. Envoyez-moi un message pour en discuter et voir comment je peux vous aider dans cette aventure !

D’ici là, prenez soin de vous 🙏.

Partager cet article :

Laissez un commentaire ici :

Envie d'une maison plus écologique ?