Mon séjour dans un éco-hôtel : bilan

Objectif : trouver un vrai éco-hôtel.

Il y a quelques semaines j’ai cherché un hôtel avec une démarche écologique pour une occasion particulière. 

Je ne vais pas souvent à l’hôtel alors je me suis dis que ce serait intéressant d’essayer de trouver un lieu conçu avec une vraie réflexion sur l’écologie, la consommation d’énergie, la préservation du site et des ressources…

Car je sais que les hôtels sont généralement les mauvais élèves sur ces sujets.

Petite précision : je ne voulais pas d’un écolodge ni d’un gîte écologique. 

Un écolodge à l'île Maurice

Un écolodge sympathique, mais sous les tropiques !

Je n’ai rien contre ces types d’hébergement, bien au contraire, mais, sans minimiser leur démarche, je pense qu’il est souvent plus aisé d’appliquer les principes de l’écoconstruction à ce type d’établissement qui se rapproche de l’habitat individuel. 

L’idée était donc de trouver un « vrai » hôtel, avec plusieurs dizaines de chambres et en France métropolitaine. 

Le problème des hôtels

Un hôtel peut-il vraiment concilier les prestations de service et de confort du secteur avec les exigences de sobriété énergétique et de préservation des ressources ?

Sur le papier, un hôtel est en effet loin d’avoir les qualités requises pour être un lieu sobre et écologique. 

C’est un lieu ouvert 24h / 24h où les consommations d’énergie, d’eau, de produits d’entretien et de consommables sont bien plus élevées que dans un habitat classique. 

Les machines à laver tournent en continu, tout comme l’aspirateur, les lumières et les ascenseurs. 

On y consomme 2 fois plus d’eau que chez soi sur une même période (soit près de 300 litres par jour). 

On chauffe les espaces à une température de consigne supérieure à celle que l’on applique à la maison.

Et pour aggraver le tout, un hôtel est rarement plein.

L’INSEE indique qu’en 2019 le taux d’occupation moyen des hôtels en France était de 62,4%.

C’est-à-dire qu’une chambre sur 3 n’est jamais occupée.

Donc on consomme de l’énergie et des ressources toute l’année pour des chambres qui ne sont pas utilisées. 

Hôtel et écologie : incompatible ?

Pourtant les hôtels sont utiles.

Donc comment faire pour qu’ils deviennent plus vertueux ?

Et y a-t-il des exemples d’éco-hôtel en France ?

Tout d’abord, vous le savez probablement si vous lisez régulièrement ce blog, pour qu’un bâtiment soit vertueux vis-à-vis de l’environnement il faut qu’il respecte les points suivants :

  • une conception et une architecture bioclimatique 
  • des matériaux de construction écologiques et sains
  • des systèmes performants, modulables et durables
  • une sobriété dans les usages

On pointe souvent du doigt les hôtels pour leurs usages extrêmes des ressources.

C’est très vrai, comme on l’a vu dans le paragraphe précédent. 

Mais avant d’en venir à ce sujet, qu’en est-il des 3 autres ?

Un hôtel est d’abord un bâtiment, donc son architecture et sa conception pourraient très bien s’inspirer du bioclimatisme. 

Là-dessus les contraintes ne sont pas différentes de celles rencontrées sur d’autres types de bâtiments comme une maison ou une école. 

Pour les matériaux et les systèmes employés c’est la même chose. 

Rien n’empêche d’utiliser des matériaux écologiques et sains dans un hôtel (ce ne sont pas les client•es qui diront le contraire). 

Ni d’avoir des systèmes fonctionnant à partir d’énergies renouvelables et que l’on peut adapter précisément à l’occupation et à l’usage pour éviter les dépenses inutiles. 

Cela relève plutôt d’une volonté initiale, comme pour l’habitat individuel en somme. 

Alors certes, éco-construire demande des compétences spécifiques, donc il faut se former ou s’entourer de personnes dont c’est le métier. Cela peut engendrer un surcoût la première fois par rapport à une solution standardisée.  

Donc ce n’est pas forcément accessible à tous les types d’hôtel, notamment les premiers prix. 

C’est vrai. Mais est-ce que tous les hôtels 3 étoiles et plus sont engagés dans une vrai démarche écologique ?

Non.

Le greenwashing existe aussi à l’hôtel

Je me suis donc lancé dans la recherche d’un éco-hôtel qui cocherait toutes les cases mentionnées juste avant. 

Un hôtel qui s’insère dans un lieu de façon réfléchie, en préservant la biodiversité, voire en la favorisant. 

Un hôtel à l’architecture bioclimatique pour minimiser ses besoins et récupérer un maximum d’apports solaires notamment.

Un hôtel conçu à partir d’éco-matériaux, peu transformés, sains et provenant de sources locales. 

Un hôtel qui fonctionne avec des énergies renouvelables et qui fait la chasse aux dépenses superflues. 

Un hôtel qui évite le gaspillage et sensibilise ses hôtes sur la préservation des ressources et la démarche écologique engagée sur le lieu. 

Résultat de la recherche ?

Disons… mitigé. 

Je suis d’abord plein d’espoir devant le nombre de résultats de recherche au mot-clé « hôtel écologique » sur Google: plus de 21 millions de propositions. 

On voit que le sujet n’intéresse pas que moi ! 

Puis quand je clique sur quelques liens je me rends compte que l’écologie est certes partout sur les pages, mais plutôt discrète dans la réalité

Alors oui, la plupart des hôtels sensibilisent les hôtes sur les économies d’eau et d’énergie (si si, vous savez les petites affichettes dans les salles de bain).  

Et bien sûr toutes les lampes sont à LED.

Beaucoup ne distribuent plus de savon ni de shampoing individuels jetables mais privilégient les flacons rechargeables. 

Ok, c’est bien. Mais c’était déjà la base il y a 10 ans. 

Alors quoi d’autre ?

Qu’en est-il du bioclimatisme ? des éco-matériaux ? des énergies renouvelables ?

Là, c’est plus compliqué. 

Bien sûr c’est plus facile de changer le gel douche que la chaudière. Donc c’est normal que les hôtels commencent par là. 

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Le Meilleur de mars

Mais pour tous les nouveaux hôtels construits ou rénovés ces 5 dernières années (n’allons pas plus loin), l’ont-ils été avec une démarche écologique ? 

Humm…

Vers un tourisme plus durable

Comme souvent sur le sujet de l’écoconstruction, les exemples concrets sont encore peu nombreux.

Pourtant il existe bien de « vrais » éco-hôtels. 

Et la filière s’organise pour faire émerger cette démarche. 

Les labels Clé Verte, Écolabel Européen, et la certification Green Globe récompensent ainsi les établissements « écologiques » qui prônent le tourisme durable. 

Le site Tripadvisor met en avant les « éco-hôtels » grâce à son programme « ÉcoLeaders (ou GreenLeaders) ».

J’ai donc fini par trouver un hôtel prometteur (sans passer par Tripadvisor). 

L’éco-hôtel que j’ai trouvé

Il se présente comme « le premier hôtel 100% éco-conçu« . 

J’ai donc évidemment voulu en savoir plus. 

Un peu plus loin, le site internet indique également que l’hôtel est certifié Haute Qualité Environnementale, labellisé Green Globe et Écolabel Européen. 

Même si je ne suis pas très attaché aux labels et aux certifications (d’expérience c’est beaucoup trop de contraintes administratives selon moi pour des résultats parfois mitigés), cela montre quand même la volonté de faire les choses de manière sérieuse. 

Autres mentions affichées : le lieu est estampillé « Refuge Biodiversité » par la Ligue de Protection des Oiseaux et l’hôtel est membre du programme « 1% for the planet ». Il reverse donc 1% de son chiffre d’affaire à des associations de préservation de l’environnement

Le restaurant de l’hôtel est « 100% bio et locavore« . Il a reçu en 2021 l’étoile verte Michelin. 

J’ai donc réservé une chambre pour aller voir ça en vrai. 

Nota : je précise que cet article n’est pas sponsorisé, je relate ici mon expérience personnelle en cherchant à être objectif sur les thématiques couramment abordées sur ce blog. 

Un éco-hôtel à l’architecture bioclimatique

L’hôtel s’insère en haut d’une petite colline avec une orientation majoritairement Sud-Ouest. 

L’ensemble des chambres dispose ainsi d’apports solaires gratuits en hiver. 

éco-hôtel

L’hôtel orienté vers le Sud-Ouest

Le bâtiment est à flanc de colline ce qui fait que toute la « façade » Nord-Est est semi-enterrée. 

Cela participe à la réduction des déperditions thermiques sur cette face. 

Les toits sont végétalisés, autre bon point pour le confort thermique aussi bien en hiver qu’en été. Et les débords de toit au devant des baies vitrées apportent une protection solaire efficace en période estivale. 

Les débords de toit protègent les façades du soleil en été

Débords de toit végétalisés jouant le rôle de « casquette solaire »

Les circulations sont éclairées naturellement par des vitrages donnant sur des espaces végétalisés. Cela permet de réduire les besoins en éclairage artificiel. 

éclairage naturel des circulations

Éclairage naturel des couloirs, adossés au terrain naturel

Dans la cuisine du restaurant un puits de lumière apporte également de l’éclairage naturel. 

Concernant l’approche bioclimatique, cet hôtel emmagasine donc les bons points. 

Passons donc au sujet suivant : le mode constructif et les matériaux.

Des matériaux écologiques et sains

Le sujet des matériaux est souvent celui qui bloque dans les projets d' »éco-hôtel ». 

D’abord sur la partie constructive où le béton et les isolants non écologiques sont encore couramment utilisés (parce qu’on ne les voit pas une fois le bâtiment terminé ?).

Puis sur les revêtements intérieurs car quand il faut choisir des matériaux robustes, faciles à laver, on pense que les matériaux « écologiques » sont fragiles, compliqués à entretenir et donc inadaptés. 

Alors qu’en est-il des matériaux utilisés pour la construction de cet hôtel « éco-conçu » ?

Bien sûr je n’étais pas là pendant le chantier (l’hôtel date de 2009).

Mais je me suis un peu renseigné.

Une partie des murs ont été bâtis avec de la « thermo-pierre », c’est une brique de béton cellulaire qui a l’avantage d’être isolante (ce qui n’est pas le cas du parpaing de béton classique). Elle offre également une bonne inertie côté intérieur.

Compte tenu du design élancé du bâtiment il est tout de même probable que du béton ait été utilisé pour assurer la stabilité de l’ouvrage à certains endroits (pour les dalles de plancher notamment). 

L’isolant utilisé est la laine de chanvre, un des isolants les plus écologiques à mon sens.

Le chanvre est abondamment cultivé en France et à l’avantage de pousser sans avoir besoin d’apport d’eau ni d’engrais.  

Les menuiseries extérieures sont en bois. 

Les matériaux locaux comme l’ardoise, le bois et la pierre de schiste sont également largement employés pour les revêtements extérieurs (toitures, cheminements, parements, bardage).

Intégration paysagère de l'hôtel dans son environnement

Les matériaux naturels participent à l’intégration paysagère de l’hôtel

À l’intérieur de l’éco-hôtel, une démarche similaire a été adoptée. 

Les revêtements de sols sont :

  • des parquets en chêne dans les chambres
  • des dallages en ardoise ou en pierre dans les salles de bain, le hall, le bar et certaines circulations

Les escaliers sont en bois.

Quelques couloirs ont de la moquette, ce qui n’est habituellement pas le revêtement le plus écologique et sain. Mais ici c’est de la moquette 100% naturelle (80% laine de chèvre et 20% laine de mouton).

(j’indique au passage qu’il existe aussi dans le commerce des gammes de moquettes 100% recyclées, donc ce matériau n’est pas forcément à éviter dans un projet de rénovation écologique)  

Sur les murs, on retrouve des enduits à la chaux, du bois, de l’ardoise et de la peinture minérale. 

Le linge de lit et les matelas sont « bio », principalement à base de lin et de coton. 

Matériaux naturels dans les chambres

Matériaux naturels et linge de lit bio dans les chambres

Sur le volet des matériaux on voit donc que les concepteurs sont allés au bout de la démarche. 

Chaque revêtement a ainsi été choisi pour son intérêt écologique et sain. 

C’est aussi le cas pour le mobilier qui se compose essentiellement de matériaux naturels comme le bois, le métal, le tissu ou encore le cuir. 

Des matériaux naturels et sains pour le mobilier

Matériaux naturels et sains également pour le mobilier de l’éco-hôtel

Des systèmes énergétiques performants et durables

Du côté des systèmes là-aussi la recherche de sobriété se voit. 

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Isolation phonique d'un mur : comment faire mieux (et plus écolo) ?

Une chaudière à bois alimente le réseau de chauffage et des panneaux solaires thermiques apportent de les calories pour l’eau chaude sanitaire.

Les panneaux solaires thermiques produisent l'eau chaude sanitaire

Des panneaux solaires thermiques sur le toit assurent une partie de la production d’eau chaude sanitaire

Une ventilation double-flux avec récupérateur de chaleur permet la ventilation des espaces. La chaleur des hottes de cuisine est également valorisée pour le chauffage.  

Et toutes les lampes sont basse consommation. 

Récupération de l’eau de pluie et phytoépuration

La thématique de l’eau est très présente à l’hôtel. 

Sur ce sujet il y a du très bon et du un peu moins bon.

Commençons par le un peu moins bon. 

L’hôtel dispose de 2 bassins intérieurs. Une piscine de nage et un bassin de relaxation. 

Qui dit bassin, dit forcément consommations d’eau et d’énergie. 

En effet, pour maintenir la température de l’eau au-dessus de 28°C il n’y a pas de secret, il faut la chauffer.

Un bassin de nage intérieur dans l'hôtel

Le bassin de nage de l’hôtel

C’est donc un point sur lequel il y avait peut-être de meilleures solutions (une piscine naturelle par exemple ?).

Cela dit, des efforts ont néanmoins été fait pour minimiser l’impact de ces bassins sur l’environnement. 

Notons d’abord que l’hôtel n’a ni sauna ni jacuzzi justement pour limiter les dépenses d’énergie (mais il dispose tout de même d’un hammam). 

Et comme partout dans l’hôtel, les matériaux utilisés dans et autour des bassins sont écologiques et d’origine locale (bois, pierre, ardoise). 

Et les eaux sont valorisées.

L’eau du premier bassin alimente les toilettes des chambres. 

L’eau du second bassin est recyclée pour l’arrosage des végétaux. 

Les eaux usées de l’éco-hôtel sont ensuite filtrées naturellement dans une roselière présente sur le site grâce au principe de la phytoépuration. 

Notons également que les chambres ne disposent pas de baignoires mais de douches sans ciels de pluie (mais avec des éco-douchettes) pour limiter les consommations d’eau.

Enfin, on va dans ce type d’établissement pour vivre justement ce genre d’expérience (bassins intérieurs) donc c’est difficile de dire qu’il aurait fallu ne pas les prévoir. 

Et peut-être que cela permet de diminuer le nombre de piscines individuelles construites chaque année (et qui servent bien moins souvent) ?

Les électrosensibles ne sont pas oubliés

 Pour limiter les champs électromagnétiques dans les chambres, des câbles blindés ont été installés. 

Autre action : il n’y a pas de WiFi dans les chambres mais uniquement dans le salon-bar d’accueil. La connexion internet dans les chambres se fait par un câble ethernet si besoin.

Biodiversité et potager bio

Toujours sur le volet de la santé, le restaurant de l’hôtel est bio et dispose d’un potager plutôt fourni dans le jardin attenant. 

Le potager biologique de l'éco-hôtel

Le potager bio du restaurant

Sur les 10 ha du parc de l’éco-hôtel on retrouve différents habitats pour favoriser la biodiversité. Ruches, nichoirs, haies, prairie, forêt, landes, mare favorisent l’accueil de la faune locale. 

L’hôtel annonce avoir augmenté la biodiversité du lieu par rapport à l’état initial (qui était pourtant une zone naturelle). 

Un guide pédagogique est disponible dans les chambres et des pancartes jalonnent le parc pour expliquer la démarche. 

Bilan de mon séjour dans cet éco-hôtel

Pour être honnête, j’ai passé un très bon moment dans ce lieu paisible et entouré de nature.

Et j’ai été agréablement surpris par la cohérence d’ensemble concernant la démarche écologique.

On voit que la volonté ici est de faire du mieux possible pour intégrer l’hôtel à la nature environnante et pour utiliser des matériaux écologiques et sains

C’est une source d’inspiration qui montre que c’est possible même pour ce type d’établissement. 

Alors y a-t-il toutefois des points à améliorer ?

Il y en a, tout est toujours perfectible évidemment. 

Une piscine naturelle extérieure aurait pu remplacer un des 2 bassins intérieurs par exemple. L’usage est plus saisonnier mais est-il vraiment nécessaire d’avoir 2 bassins chauffés toute l’année ? 

L’installation de panneaux photovoltaïques en toiture en plus des panneaux solaires thermiques aurait pu participer à l’autonomie énergétique du site. 

L’hôtel a choisi de souscrire à la place à un contrat pour la fourniture d’électricité renouvelable, ce qui n’est pas mal non plus. 

Certains diront aussi que l’hôtel n’est pas desservi par les transports en commun. Étant situé en pleine nature ce n’est effectivement pas le cas. On peut néanmoins emprunter un sentier pour aller au village voisin à pied en 10 min.

Dans le même temps cet hôtel emploie près de 75 personnes dans une zone rurale et entretient ainsi le dynamisme local. 

Bref, on peut trouver des choses à améliorer ou bien que l’on aurait faites différemment mais dans l’ensemble cet éco-hôtel tient largement ses promesses. 

À ce jour c’est même l’hôtel avec la démarche d’écoconstruction la plus poussée que j’ai pu visiter en France. 

Pour aller plus loin

Si vous aussi vous souhaitez vous rendre dans cet éco-hôtel, voici le site : ici

Pour découvrir d’autres articles, d’autres inspirations et avancer dans votre projet de travaux, tapez un mot-clé dans la barre de recherche du blog.

Si vous n’êtes pas encore abonné-e à La Case Robinson et que vous avez le goût de recevoir des conseils et astuces pour réaliser la maison de vos rêves, vous pouvez le faire simplement en indiquant votre email dans un des formulaires du site. 

Je vous enverrai le Guide pour avoir une maison plus écologique et plus saine et les découvertes que j’expérimente au quotidien.

Enfin, si vous avez un projet de travaux et que vous vous posez des questions comme : Comment avancer ? Quels matériaux choisir ? Comment faire autrement et plus écologique ? Comment mieux aménager l’espace pour le rendre fonctionnel et confortable ? Comment analyser les devis et discuter avec les entreprises ? C’est mon métier de vous accompagner. Envoyez-moi un message pour en discuter et voir comment je peux vous aider dans cette aventure !

D’ici là, prenez soin de vous 🙏.

Partager cet article :

Laissez un commentaire ici :