Étude de cas : installation d’un poêle à granulés de bois

Enfin ! Cette semaine nous avons pu installer le poêle à granulés de bois dans le salon de cette maison en travaux. 

maison-bordeaux

Ce n’est pas qu’on l’attendait particulièrement mais c’est juste que ce poêle je l’ai en tête depuis le tout début de cette rénovation.

Car avant de l’installer il y a beaucoup d’étapes à passer pour y arriver. Et surtout pour ne pas se retrouver le jour de l’installation avec un poêle qui n’est pas parfaitement aligné avec le conduit par exemple !

Car, si l’installation du poêle se fait bien à la toute fin du chantier, son emplacement et la pose du conduit se font bien avant, dès les travaux de charpente, couverture et plancher.

C’est le sujet de l’article de cette semaine. Je vous dévoile toutes les étapes de l’installation du poêle à granulés de bois dans le salon de cette maison !

1 – Pourquoi un poêle à granulés de bois ?

Commençons par cette question simple : pourquoi installer un poêle à granulés de bois chez soi ?

Si vous lisez ce blog, vous avez sans doute déjà quelques idées. Voici les points forts qui selon moi justifient l’installation d’un poêle à granulés de bois dans une maison :

  • L’ambiance chaleureuse apportée par les flammes est incomparable et irremplaçable. Je pense que c’est le point le plus fort 🔥.
  • Un seul poêle peut chauffer toute une maison (à condition de choisir le bon emplacement et le bon modèle).
  • Le bois énergie est bon marché par rapport aux autres énergies disponibles. C’est une ressource renouvelable et locale.
  • Le pilotage et la régulation du poêle se font de façon automatique. Il faut simplement l’alimenter en granulés de temps en temps (généralement toutes les 24 h).
  • Nous pouvons suivre et mesurer facilement notre consommation. Car c’est NOUS qui mettons le combustible dans la machine 😅. On se rend mieux compte ainsi de notre consommation et de notre impact. 

Dans le cas de cette rénovation le client souhaitait retrouver cette ambiance sereine et douce dans son salon. 

2 – Le choix du poêle à granulés de bois

On est attiré généralement vers un poêle pour son esthétique. C’est normal, il trône fièrement au milieu de la maison donc autant qu’il nous plaise !

Mais au-delà de l’esthétique il y a aussi des fonctionnalités et des caractéristiques à définir. 

  • Quel est la surface à chauffer ? (et donc quelle est la puissance à prévoir ?) : pour cela vous pouvez compter 1 kW pour 10 à 15 m².
  • Doit-il servir également pour chauffer l’eau chaude sanitaire ? Si oui, il faut choisir un poêle “hydro”. Ce type de poêle est muni d’un échangeur de chaleur qui se raccorde à un ballon tampon pour le chauffage de l’eau chaude ou également en appoint du chauffage central. 
  • Doit-il chauffer plusieurs pièces ? Si oui, il peut être nécessaire de prendre un système à air canalisé dans lequel l’air chaud est envoyé vers des conduits qui débouchent dans les pièces à chauffer. C’est notamment le cas si l’on veut chauffer des pièces à l’étage alors que le poêle est au rez-de-chaussée.

Ensuite il existe plusieurs options selon nos besoins :

  • Ventilation forcée : l’air chaud est soufflé dans la pièce à l’aide d’un ventilateur intégré. Cela permet d’envoyer de l’air chaud au fond d’une pièce et de répartir plus rapidement la chaleur.
  • Convection naturelle : comme son nom l’indique, la chaleur se diffuse naturellement dans la pièce par convection. Une entrée d’air capte l’air “froid” (dans la pièce ou directement à l’extérieur) et une sortie restitue cet air une fois chauffé. Ce système a l’avantage d’être très silencieux car il n’y a pas de ventilateur pour mettre en mouvement l’air.
  • À accumulation : certains modèles disposent d’un accumulateur de chaleur pour permettre le rayonnement de celle-ci sur une longue durée. Mais ce principe est généralement plus souvent réservé aux poêles à bûches.
  • À tube coaxial pour le conduit de fumée : cela permet l’évacuation des fumées et l’entrée de l’air de combustion avec un seul conduit.
  • Radiocommande avec thermostat d’ambiance. 
  • Pilotage à distance par un module WiFi.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment introduire plus d'autonomie et de résilience dans sa maison 1/2 ?

Pour cette maison le choix s’est porté sur un poêle à granulés de bois à convection naturelle de 10 kW de la marque italienne Thermorossi.  

poele-granules-bois

Le poêle à granulés de bois “BellaVista” de Thermorossi

3 – L’emplacement idéal du poêle à granulés de bois

Pour déterminer l’emplacement du poêle à granulés de bois il faut bien comprendre comment la chaleur “sort” du poêle et comment elle se déplace dans la pièce.

D’abord, concernant la restitution de la chaleur par le poêle à granulés de bois : 

  • si l’air est “pulsé” ou “soufflé” par un ventilateur, il aura tendance à partir droit devant le poêle. 
  • si le poêle est à convection naturelle, la chaleur se déplace alors “lentement” dans la pièce, en réchauffant d’abord le volume situé à proximité du poêle.

Dans les 2 cas, une partie de la chaleur est aussi restituée à la pièce directement par le poêle lui-même car il est “chaud” (diffusion par rayonnement thermique).

Ensuite, nous savons aussi que l’air chaud “monte” et que l’air froid “descend”. C’est dû au fait que quand l’air est chaud, il devient plus léger, donc il “monte”. 

Ce phénomène est important pour bien choisir l’emplacement du poêle. 

Par exemple, si nous installons le poêle à proximité d’une trémie d’escalier, alors l’air chaud risque de monter directement à l’étage sans réellement réchauffer la pièce du bas. Cela peut être un choix si vous voulez préférentiellement chauffer l’étage mais il faut l’anticiper. 

Si l’objectif est de chauffer d’abord la pièce dans laquelle se situe le poêle, il est donc préférable de l’implanter à l’opposé de l’escalier. 

Une partie de la chaleur montera inévitablement à l’étage à cause de ce que l’on disait tout à l’heure à propos de l’air chaud qui “monte”. C’est aussi dû à ce que l’on appelle l’effet “coanda” (l’air chaud “lèche” le plafond et se déplace ainsi dans la pièce jusqu’à trouver un point plus haut). 

Enfin, et c’est probablement par cela que l’on commence, le poêle doit se situer évidemment dans une partie “visible” de la maison. C’est toute l’idée du poêle : pouvoir profiter de la chaleur mais aussi de la vue et de l’ambiance chaleureuse qu’il procure. 

Dans cette maison, l’emplacement idéal est dans le salon, qui se situe au milieu de la maison. Ce salon communique directement avec la cuisine (ouverte), la salle à manger (ouverte aussi), le couloir de l’entrée et le couloir qui mène à l’escalier. 

En plaçant le poêle à granulés de bois contre un des murs du salon, et faisant face à la cuisine et à la salle à manger, on s’assure ainsi de pouvoir “chauffer” ces 3 pièces. 

De plus le poêle sera visible depuis ces 3 espaces essentiels de la maison : salon, cuisine, salle à manger. 

poele-granules-salon

Image 3D du salon et de l’implantation du poêle (au fond à droite avec le conduit noir) – © Craft architecture.

4 – Les étapes clés de la réalisation

Voilà, maintenant que le choix du poêle et de son emplacement sont actés, place à la réalisation !

Que faut-il prévoir pour permettre l’installation du poêle ?

Le passage du conduit

Comme pour une chaudière ou pour une cheminée, il faut pouvoir évacuer les fumées produites par le poêle. Pour cela, des règles et des normes sont à respecter. Il s’agit des DTU 24.1 et 24.2. Veillez à vous y référer ou faîtes appel à un professionnel certifié RGE.

Nota : les indications données dans cet article sont à titre indicatif. Elles ne remplacent pas les conseils d’un professionnel et ne doivent pas être appliquées telles quelles.

Le diamètre du conduit d’évacuation des fumées est généralement de 80 ou 100 mm à la sortie du poêle puis 150 mm lorsqu’il passe en conduit “isolé” (pour traverser les planchers et les combles notamment). Il faut donc prévoir une réservation suffisante dans les parties traversées par le conduit. Dans notre cas nous avons laissé un espace de 200 mm de côté. 

Ensuite, le tracé du conduit doit être le plus vertical possible pour favoriser la bonne évacuation des fumées. C’est toute la difficulté quand il s’agit de passer au travers du plancher de l’étage et de la charpente de la toiture ! Deux coudes à 45° sont acceptés pour éviter un obstacle si nécessaire (poutre, solive, etc…). 

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Étude de cas : la rénovation d'une échoppe bordelaise

conduit-poele-granules

poele-granules-bois-conduit

Passage du conduit au travers du plancher de l’étage

L’arrivée d’air

Pour obtenir une bonne combustion et un bon rendement du poêle, il faut lui apporter de l’air “neuf” (de 15 à 30 m3/h). Pour cela il y a plusieurs possibilités :

  • Par un conduit coaxial comme indiqué précédemment : l’air neuf et l’évacuation des fumées se font par le même conduit qui est composé d’un double tube.
  • Par une arrivée d’air extérieure indépendante située dans la pièce : une bouche d’aération donnant sur une façade par exemple. 

Les distances de sécurité

Pour le poêle choisi par le client il faut respecter les écarts au feu suivant par rapport à tout matériau combustible :

  • frontal : 100 cm
  • arrière : 20 cm
  • latéral : 40 cm

En outre, une plaque de protection est conseillée pour le sol. Nous avons ainsi installé une plaque en verre de 75 * 100 cm et de 6 mm d’épaisseur entre le parquet et le poêle à granulés de bois. 

En outre, toutes les parois situées à proximité du poêle et du conduit sont en Fermacell (matériau incombustible classé A2-s1d0 ou M0).

fermacell-incombustible

Cloison en Fermacell à l’emplacement du poêle

Enfin, le conduit dépasse le faîtage de 40 cm en toiture comme l’impose la réglementation.  

conduit-faitage-poele

conduit-faitage

Le conduit de cheminée au-dessus de la toiture

Le phasage pour un chantier sans stress

Compte tenu de toutes ces contraintes, il est essentiel de s’organiser et d’anticiper chaque étape.

Pour ma part j’ai décomposé les tâches comme suit :

  • Identification des contraintes et points de vigilance avec l’entreprise en charge de l’installation du poêle et du conduit.
  • Intégration de celles-ci sur les plans de l’architecte.
  • Concertation avec le couvreur et le charpentier pour la bonne prise en compte de celles-ci dans leurs interventions.
  • Pose du conduit une fois les planchers, charpente et couverture réalisés.
  • Réalisation du second œuvre : plâtrerie, isolation, électricité, plomberie.
  • Réalisation des revêtements de sol et des peintures.
  • Pose et raccordement du poêle !

5 – Le jour J : la pose !

Et voilà, après toutes ces précautions, le temps de la pose du poêle est arrivé !

C’est un petit événement car il était présent dans le coin de ma tête pendant toute la durée du chantier comme vous l’aurez compris. 

Le jour J c’est en fait assez simple (si tout s’est bien passé en amont !!). Le plus dur étant de porter le poêle jusqu’à son emplacement exact ! La bête pèse tout de même 180 kg…

En mettant des patins de protection sous le poêle, on arrive à le poser sur la plaque en verre et à le déplacer légèrement pour qu’il soit parfaitement à sa place (à l’axe du conduit). 

poele-granules-bois-thermorossi

Le poêle à son emplacement définitif !

Ensuite, il faut raccorder le poêle au conduit en attente puis faire la mise en route 🔥🔥🔥.

Et c’est tout 🤗!

 (et trouver un endroit pour stocker les sacs de granulés 😜!)

Pour aller plus loin

Posez-moi vos questions ou partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous !

Je vous recommande aussi l’article suivant sur le blog :

Si vous n’êtes pas encore abonné-e à La Case Robinson et que vous avez le goût de recevoir des conseils et astuces pour réaliser la maison de vos rêves, vous pouvez le faire simplement en indiquant votre email dans un des formulaires du site. 

Je vous enverrai le Guide pour avoir une maison plus écologique et plus saine et les découvertes que j’expérimente au quotidien.

Et si vous êtes sur Instagram, La Case Robinson y est aussi 🤗: @lacaserobinson.

Enfin, si vous avez un projet de travaux et que vous vous posez des questions comme : Comment avancer et bien s’organiser ? Quels matériaux choisir ? Comment faire autrement et plus écologique ? Comment mieux aménager l’espace pour le rendre fonctionnel et confortable ? Comment analyser les devis et discuter avec les entreprises ? C’est mon métier de vous accompagner. Envoyez-moi un message pour en discuter et voir comment je peux vous aider dans cette aventure !

Partager cet article :
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire ici :