3 clés pour réussir la phase chantier

Bienvenue dans cet article consacré aux « 3 clés pour aimer et réussir la phase chantier”.

Et enfin traverser cette phase essentielle avec confiance, envie et succès !

Donc si vous portez un projet de travaux et que vous vous dîtes que vous manquez de sérénité à l’approche de la phase de chantier, cet article est fait pour vous !

Le problème du chantier

Car c’est vrai que le chantier peut faire peur et peut même mal se passer avouons-le. 

Je l’ai moi-même constaté lors de mon premier projet. J’y reviens dans un instant.

Découpe bois

Préparation des habillages pour cacher les réseaux (jusqu’ici tout allait bien :))

Un chantier ça fait peur car c’est une étape cruciale de votre projet.

C’est le moment où vous allez enfin savoir si le projet va se concrétiser comme vous l’espériez.

C’est l’aboutissement de mois de travail, de gros investissements en temps, en argent et de beaucoup d’efforts.

Alors vous ne voulez surtout pas que tout s’écroule. 

Surtout que les phases de conception et de de consultation ont déjà pris plus de temps que vous ne l’imaginiez.

Donc vous ne voulez pas que le planning dérape encore plus pendant le chantier. 

Si vous avez participé à la conception, le chantier est aussi le moment où l’on s’en remet à d’autres pour poursuivre ce que l’on a commencé à créer. 

C’est donc un saut dans l’inconnu qui peut facilement générer du stress.

Je le sais bien car c’est le sentiment que j’avais moi aussi à l’approche des travaux de mon premier projet de rénovation en 2015. 

Pourtant cela faisait plus de 7 ans déjà que je travaillais dans le domaine du bâtiment. 

Mais force est de constater que faire des études dans un bureau et se confronter à la réalité du terrain sur le chantier, ce sont 2 choses bien distinctes. 

Personne à son bureau
Personnes sur un chantier

Études au bureau et réalité du chantier sont 2 choses bien différentes

Mon premier chantier

Donc sur ce premier projet j’ai essuyé beaucoup de plâtres. 

Je n’arrivais pas à garder la clarté sur le planning ni sur le détail des tâches à venir. 

Je ne savais pas vraiment comment m’adresser aux entreprises pour leur expliquer la situation. 

Je redoutais à chaque instant qu’elles m’annoncent des travaux supplémentaires ou l’impossibilité de réaliser ce que j’avais imaginé. 

Burn-out

On peut vite se sentir surmené lors d’un projet de travaux

Et ça n’a pas loupé, les problèmes se sont multipliés :

  • Le ragréage du sol n’a pas été fait correctement. 
  • Une entreprise s’est trompée dans la couleur des joints pour le carrelage de la salle de bain. 
  • Une autre a déserté le chantier en cours de route. 
  • Une autre encore a déposé le bilan quelques mois après les travaux alors qu’une fuite apparaissait dans la véranda. 

Et pour couronner le tout, le chantier était très sale et encombré en permanence alors que je vivais sur place. 

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Autoconstruction d'une terrasse : bois exotique ou bois composite ?

Bref, les problèmes s’enchaînaient les uns après les autres sans que je ne sache quand ni comment cela allait pouvoir s’arrêter. 

Ce que j’ai appris de ce chantier difficile

Alors je me suis formé pour maîtriser la conduite de chantier. 

J’ai observé et interrogé les artisans, les maîtres d’œuvre autour de moi. 

Échafaudage sur une façade

Discuter avec les artisans est très riche en apprentissages

J’ai lu les ouvrages spécialisés pour mener une opération de construction. 

170 séquences pour mener une opération de construction

Cet ouvrage détaille toutes les étapes de l’acte de construire (mon livre de chevet à une époque :))

Et petit à petit les choses se sont améliorées. 

J’ai finalement réussi à terminer ce chantier tant bien que mal. 

Et depuis, j’ai livré de nombreux projets sans que la phase de chantier ne soit un chemin de croix pour moi. 

Visite d'un de mes projets

Je présente un de mes projets une fois les travaux terminés ! (voir la vidéo)

Alors si vous vous reconnaissez dans le début de cette histoire, lisez bien la suite, je vais vous révéler les clés qui me permettent aujourd’hui de dire que le chantier est devenu une de mes étapes préférées dans le processus de réalisation d’un projet ! 

Clé n°1 pour réussir la phase chantier

C’est parti avec la 1ère clé. 

Clé n°1 : Décomposer

Et oui c’est bien par là que tout commence avant de vouloir construire quoi que ce soit.  

Prenez les travaux à réaliser et décomposez-les en tâches, en sous-tâches, en sous-sous tâches si besoin, pour avoir une vision claire et précise du processus et de ce qu’il implique. 

L’idée est de se retrouver dans la situation où vous avez identifié un ensemble de tâches à réaliser, et structuré le mode d’emploi pour les assembler.  

Comme lorsque vous devez monter un meuble IKEA, fabriquer un LEGO ou suivre une recette de cuisine. 

Et la clé ici qui fait toute la différence c’est que pour chacune de ces tâches, vous indiquez la durée nécessaire à sa réalisation, l’intervenant concerné et les interdépendances de cette tâche avec les autres tâches. 

Diagramme de Gantt, un outil très utile pour planifier un chantier

Pour obtenir ces informations, interrogez les artisans lors des rendez-vous que vous faites avec eux pour la réalisation des devis. 

Cela vous permettra à chaque fois d’ajouter quelques briques à votre organisation. 

Et petit à petit, vous aurez une vision claire de la suite des évènements. 

Vous saurez qui solliciter et quand.

Et vous saurez dans quel ordre organiser le tout. 

Donc rappelez-vous cette 1ère clé : Décomposer le chantier comme s’il s’agissait d’un LEGO. 

Clé n°2 pour réussir la phase chantier

Maintenant il est temps de vous dévoiler la clé n°2.

À votre avis, quel est le point commun des groupes d’individus qui réussissent un projet, atteignent un objectif, alors qu’on ne les donnaient pas pour favoris ?

C’est valable dans tous les domaines (entreprise, sport, culture, ce que vous voulez). 

Le point commun c’est la force et la qualité des relations humaines au sein du groupe. 

C’est la clé n°2. 

La clé n°2 est donc : Soigner

Soigner les relations humaines.

Un chantier est avant tout une aventure humaine. 

Et donc transformer un groupe d’individus en une équipe au service de la réussite du projet, ça change tout. 

Pyramide humaine

Le chantier est avant tout une aventure humaine

Pour y arriver il faut donc soigner les relations entre les acteurs du chantier. 

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Rénover son habitat : par où commencer pour réussir ses travaux ?

Il y a plein de possibilités pour contribuer à cela : 

  • Demandez leur quels sont leurs besoins
  • Interrogez-les sur leur passion pour leur métier
  • Organisez une réunion de démarrage commune avec tous les intervenants pour faire connaissance
  • Expliquez à chacun pourquoi ce projet est important pour vous
  • Offrez leur le café le matin
  • Mettez à disposition un WC fonctionnel, un point d’eau, un endroit pour s’abriter le cas échéant
  • Prévenez-les en avance de leur date d’intervention ou d’un retard éventuel du lot précédent pour qu’ils puissent anticiper et s’organiser
  • Apportez les croissants une fois par semaine

Bref, à vous d’être imaginatif et de créer les conditions favorables à l’émergence d’une force collective qui contribuera à la réussite du projet. 

Clé n°3 pour réussir la phase chantier

La 3ème et dernière clé est : être présent

Car en tant que porteur de projet, c’est vous le capitaine du navire, c’est vous la chef d’orchestre, c’est vous qui donnez la direction à suivre. 

phare

Soyez le phare qui guide les intervenants sur votre chantier

Il est donc indispensable d’être présent sur le chantier. 

Même si vous ne réalisez pas vous-même les travaux (car c’est le rôle des entreprises), 

Vous devez venir sur place régulièrement pour faire le point, échanger avec les artisans, constater l’avancement ou les retards, et ainsi orienter la marche à suivre. 

Il faut voir le chantier comme un navire sur les flots qui cherche à atteindre un port. 

Pour arriver à bon port, le navire s’aide du phare qui lui envoie son signal lumineux, mais il doit tout de même en permanence regarder sa position, ajuster ses voiles et son cap pour tenir compte des mouvements de la mer et des variations du vent.

Sur un chantier c’est pareil, il y aura des mouvements et des variations aux multiples causes (aléa météorologique, grève des transports, défaut de livraison, absence pour maladie ou congés…).

En étant présent au plus près des travaux, vous pourrez adapter le projet le plus efficacement possible et réussir ainsi à tenir les objectifs initiaux. 

Donc soyez présent sur place au moins 2 fois par semaine pour montrer que ce projet est important et soutenir les personnes qui contribuent à le concrétiser. 

Les 3 clés pour réussir la phase chantier

Voilà pour cet article consacré aux « 3 clés pour aimer et réussir la phase chantier”.

Donc je vous rappelle les 3 clés que nous avons vu : 

Clé n° 1 : Décomposer

Décomposer toutes les étapes du chantier en indiquant pour chacune la durée nécessaire à sa réalisation, l’intervenant concerné et les interdépendances éventuelles de cette tâche avec d’autres tâches.

Clé n°2 : Soigner 

Soigner les relations humaines pour transformer un groupe d’individus en une équipe au service de la réussite du projet.

Clé n°3 : Être présent

Vous êtes le capitaine du navire et c’est donc votre devoir d’être présent régulièrement sur le chantier pour faire le point, échanger avec les artisans, constater l’avancement ou les retards, et ainsi orienter la marche à suivre.

Je suis convaincu que si vous appliquez les 3 principes que nous venons de voir, votre expérience du chantier s’en trouvera radicalement améliorée. 

Maison coeur

Merci d’avoir lu cet article ! 

Ça m’a fait très plaisir de vous le proposer. 

Pour aller plus loin

Parcourez les autres articles et ressources de La Case Robinson et découvrez mes formules d’accompagnement.

Je vous souhaite le meilleur pour vos projets !

Laissez un commentaire ici :