Faire soi-même des meubles de rangement

Dans l’article précédent nous avons parlé des produits du quotidien à faire soi-même. On continue avec le “do it yourself” avec cette fois quelques astuces pour réaliser soi-même des meubles de rangement pour la maison.  

Cet article s’inscrit dans une thématique plus large consacrée à l’autonomie et la résilience dans la maison. C’est un sujet qui me passionne de plus en plus donc j’ai voulu partager mon expérience avec vous dans cette série d’articles. 

Si vous voulez découvrir les articles précédents sur ce sujet les voici :

Mais si vous voulez voir les meubles sur-mesure qu’il est possible de construire soi-même facilement, c’est par ici !

Je précise que ce sont des exemples simples et accessibles à tous. Si vous êtes un-e pro de la menuiserie ou un-e bricoleur-se chevronné-e, vous trouverez probablement cela améliorable, j’en conviens. Dans ce cas, partagez vos conseils dans les commentaires 👍 !

Je vais donc vous montrer quelques astuces pour bricoler des petits meubles de rangement, presque sans outils. C’est un article “boite à idées” qui pourra s’enrichir aussi de vos expériences, donc laissez vos retours dans les commentaires en bas de cette page pour que tout le monde en profite !

Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse.” – Nelson Mandela

Faire soi-même son mobilier

Ma première construction

C’est amusant car en préparant cet article je me suis rappelé avoir passé pas mal de temps plus jeune à travailler le bois. Un été j’ai consacré des heures à poncer (à la main) des petites planches de bois pour en faire des surfs miniatures. Je suis même allé jusqu’à construire un “surf shop”, une sorte de cabane en bois avec un comptoir, des petites étagères, une table et un parasol (celui qu’on a quand on prend une coupe glacée au restaurant (ils sont top !)). Je pense que cette petite réalisation est encore chez mon père, il faudra que je prenne une photo un jour pour la mettre ici 😜.  

Ça m’amène à me dire que j’ai toujours aimé travailler le bois, bricoler, faire des “trucs”. Je comprends mieux pourquoi j’ai voulu rénover moi-même un maximum de choses dans notre maison actuelle (c’est ma première maison). Et pourquoi je rêve secrètement d’auto-construire une maison un jour 🤫!  

Avant d’en arriver là, on peut s’entraîner en réalisant des petits meubles pour chez soi. C’est plus accessible et moins risqué !

Le plaisir de travailler le bois

Je parle régulièrement sur ce blog du choix des matériaux pour sa maison. Pour être durable un matériau doit pouvoir être réparable. On privilégie donc le bois massif plutôt que le bois aggloméré / stratifié car le massif peut être poncé, recoupé, modifié facilement. Il a aussi bien sûr l’avantage d’être plus sain car il ne dégage pas les polluants que l’on trouve dans le bois reconstitué (colles, liants…).

Pour le mobilier et la décoration la même logique s’applique.

Alors quoi de mieux que de le faire soi-même pour savoir comment le réparer ensuite ?

Apprendre à travailler le bois pour faire des travaux de menuiserie est donc très utile (et une réelle source de plaisir !). Aujourd’hui il existe de nombreux tutoriels sur internet (vidéos à l’appui) pour réaliser toute sorte de meubles et autres travaux de bricolage. C’est une source de connaissance très précieuse. Et beaucoup de réalisations sont accessibles avec peu d’outils. Je vous montre même ici un exemple de meuble sur mesure qui ne nécessite qu’une clé Allen pour le faire !

La palette : un matériau de construction plein de ressources

Parmi les tutos qu’on trouve sur internet il y a ceux qui permettent de construire des meubles à partir de palettes. Car la palette possède de nombreux avantages pour la construction (voir ci-après). Une entreprise près de Toulouse construit même de petites habitations à partir de palettes ! Elle réalise ainsi des chalets, des extensions, des abris et autres bungalows (voir la rubrique Ressources en bas de cet article).

Les lecteurs de cet article ont également lu :  La construction bois, ou comment réaliser un rêve d'enfant

Alors quels sont les avantages de la palette ? Et quel type de palette choisir pour fabriquer nos meubles ?

Il existe 2 types principaux : les palettes non consignées et les palettes consignées. 

  • les palettes non consignées : il y en a de toute taille (80*120 cm, 100*120 cm…). Elles ne sont généralement pas traitées et sont souvent en sapin, épicéa ou pin Douglas. Parmi celles-ci, les plus solides sont les palettes “cimentières” utilisées pour le transport de parpaing, sacs de ciment etc… On les trouve dans les magasins de matériaux
  • les palettes consignées : celles-ci sont normalisées, elles font 80*120 cm, peuvent supporter une charge jusqu’à 1400 kg et sont obligatoirement traitées pour éviter la propagation de champignons et d’insectes. Souvent en pin Douglas, elles sont alors imputrescibles (classe 3). Elles sont marquées du sigle EUR EPAL. On les trouve neuves à 9 euros et d’occasion à moitié prix généralement.   

La palette est donc un matériau de construction solide, écologique et économique. En réutilisant des palettes laissées à l’abandon (dans des entrepôts par exemple) vous contribuez à donner une deuxième vie à ce produit. C’est le principe d’upcycling à la base de l’économie circulaire. La palette est souvent utilisée pour réaliser des tables, des fauteuils, des jardinières, des composteurs… 

Pour l’instant je n’ai utilisé de palettes qu’une fois pour une jardinière. Mais j’ai trouvé des réalisations vraiment intéressantes sur internet et les sites d’annonces entre particuliers (pour des salons de jardin notamment). Je réfléchis aussi à en utiliser pour aménager une serre dans le jardin. 

Pour transformer une palette en jardinière, voici une version très simple :

  • Prendre une palette EUR EPAL
  • Retirer les 2 lames intermédiaires sur le dessus de la palette (il y en a 5 initialement). Elles sont plus étroites que les autres (100 mm).
  • Mettre la palette debout et fixer ces 2 lames contre les “cubes” de bois pour créer des fonds aux étages 1 et 2 (utiliser des vis ou des clous). Le niveau qui touche le sol n’a pas besoin de fond car il sera en contact avec la terre. 
  • Recouvrir les cavités ainsi créées (2 par étages et donc 6 au total) par un géotextile (ou un sac poubelle découpé si vous n’avez que ça). Cela permet d’avoir des bacs à planter. Vous pouvez mettre quelques cailloux ou galets dans le fond pour un meilleur drainage.
  • Il ne vous reste ensuite qu’à remplir de terreau et à planter vos semis (aromatiques, fraises, fleurs mellifères…) !

Transformer simplement une palette en jardinière !

Jardinière en palette (© L’astucerie)

Convertir des caisses de vin en meubles de rangement

Une autre idée très simple pour créer quelques aménagements pratiques et décoratifs pour chez soi est de recycler des caisses de vin pour en faire des rangements. J’ai ainsi transformé plusieurs caisses en boite à clés et en tables de chevet. Ou comment joindre l’utile à l’agréable 😜 (à utiliser avec modération tout de même !) !

Comment transformer une caisse de vin en boîte à clés ?

Une caisse de vin reconvertie en boîte à clés (même principe pour une table de chevet mais avec une caisse de 6 bouteilles) © La Case Robinson

J’ai simplement vissé au mur la caisse avec 2 chevilles adaptées au mur (ici du plâtre et de la cloison sèche en brique de 5 cm). Vous pouvez récupérer facilement (et gratuitement) ce type de caisse chez votre caviste. Certains les utilisent également pour faire des étagères complètes en les superposant. Ces caisses ont l’avantage d’être de bonne qualité et solides (elles protègent des bouteilles en verre quand même !). De plus elles sont généralement fabriquées en France (si le vin est français bien sûr). Par exemple l’entreprise Adam produit des caisses de vin en Gironde depuis 1880 ! Enfin elles sont plutôt esthétiques je trouve, ce serait vraiment dommage de les jeter. 

Une caisse de vin reconvertie en table de chevet !

Une caisse de vin reconvertie en table de chevet (© La Case Robinson)

Une petite étagère “do it yourself” pour les espaces étroits

Cet exemple peut particulièrement vous intéresser si vous êtes en train de monter une cuisine chez vous. Car je l’ai utilisé quand c’était mon cas il y a quelques années. Comme le gabarit des caissons de cuisine du commerce n’était pas parfaitement adapté à la longueur de ma cuisine, je me suis retrouvé avec un espace vide entre le dernier caisson et le mur. Cet espace était trop étroit (14 cm) pour pouvoir y mettre un autre caisson (ils font au minimum 20 cm de large) et en même temps trop large pour qu’on le laisse tel quel ou qu’on le cache avec un élément décoratif (dans une cuisine chaque centimètre compte !). 

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Faire soi-même son dossier de permis de construire

J’ai donc utilisé ce recoin pour créer des petites étagères complémentaires.

Des étagères pour optimiser la place dans la cuisine !

Des étagères “gain de place” pour la cuisine (© La Case Robinson)

Pour la réaliser j’ai simplement fixé des tasseaux (20*20 mm) contre le mur et contre le dernier caisson (à droite). Je les ai mis tous les 13 cm en hauteur et j’ai ensuite découpé des planches dans un panneau d’OSB (9 mm) qu’il me restait. Les planches sont juste posées sur les tasseaux. C’est simple à faire et ça fait un rangement de plus dans la cuisine (je l’utilise pour mettre les serviettes, les sacs en tissus etc…) ! On peut aussi s’en servir de casier à bouteilles (c’était l’idée d’origine). 

Un système simple pour faire soi-même des meubles de rangement sur-mesure

J’ai récemment construit un meuble de rangement à l’aide des connecteursPlaywood*”. Vous connaissez ? 

Ce sont des éléments en plastique qui permettent de fixer entre elles des planches de bois (16 à 19 mm d’épaisseur). L’intérêt de ce système c’est qu’il est modulable, réutilisable et extrêmement simple à réaliser soi-même. Il n’y a pas de trou à faire, juste à visser les connecteurs pour les plaquer aux planches à l’aide d’une clé Allen. Ici j’ai utilisé des panneaux d’OSB 18 mm. Et pour faire simple et rapide je les ai faits tailler directement par le magasin de matériaux aux dimensions que j’avais déterminées en amont. Certains magasins en effet proposent le trait de coupe à 1 €, ce qui vaut vraiment le coup surtout si l’on n’a pas le temps ou peu d’outils. Les coupes sont plus précises que si j’avais dû les faire moi-même.

Meuble de rangement pour poussette Playwood

Meuble de rangement pour poussette avec les accroches Playwood (© La Case Robinson)

Résultat : un meuble simple sur-mesure qui rentre juste dans l’espace qu’il restait, très pratique pour ranger la poussette, la trottinette, les casques et les sacs dans l’entrée 🤗. 

Budget : 40 € pour les 16 accroches Playwood (je trouve ça un peu cher quand même mais elles semblent très solides et réutilisables sur un prochain meuble si besoin (et elles font gagner beaucoup de temps pour les non-initiés au bricolage)) + 55 € pour les panneaux OSB (avec du medium MDF ce serait moins cher, mais je préfère la solidité de l’OSB et j’aime bien son esthétique pour les rangements). À noter que pour réduire les odeurs qui émanent parfois des panneaux OSB, je vous conseille de les laisser 2-3 semaines après l’achat dans un endroit bien ventilé (garage, cabanon…) ou même à l’extérieur (mais couverts pour les protéger de la pluie). 

*Nota : je n’ai pas de liens commerciaux avec la société Playwood. Je trouve juste l’idée intéressante donc je vous la partage ici 🤗. Si vous en avez d’autres, dîtes-le moi dans les commentaires ! 

Pour aller plus loin

Voilà quelques exemples de meubles à faire soi-même. Vous avez vu, ce sont des choses simples et accessibles !

Dîtes-moi dans les commentaires ce que vous faites vous-même (ou que vous voudriez tester) et partagez vos astuces !

Pour voir d’autres exemples de réalisation, allez voir ces articles sur le blog :

Si vous n’êtes pas encore abonné-e à La Case Robinson et que vous avez le goût de recevoir des conseils et astuces pour réaliser la maison de vos rêves, vous pouvez le faire simplement en indiquant votre email dans un des formulaires du site. 

Je vous enverrai le Guide pour avoir une maison plus écologique et plus saine et les découvertes que j’expérimente au quotidien.

Et si vous êtes sur Instagram, La Case Robinson y est aussi 🤗: @lacaserobinson.

Enfin, si vous avez un projet de travaux et que vous vous posez des questions comme : Comment avancer ? Quels matériaux choisir ? Comment faire autrement et plus écologique ? Comment mieux aménager l’espace pour le rendre fonctionnel et confortable ? Comment analyser les devis et discuter avec les entreprises ? C’est mon métier de vous accompagner. Envoyez-moi un message pour en discuter et voir comment je peux vous aider dans cette aventure !

Ressources 

  • Construire des chalets et petits habitats en palettes c’est possible : Sofrinnov
  • Le livre Tout faire soi-même : il y a pas mal d’exemples de meubles et objets de décoration aussi (mention spéciale aussi au bain nordique !)
  • Les connecteurs Playwood : ici
Partager cet article :
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire ici :