Bardage bois : lequel choisir pour sa maison ?

Choisir un bardage bois pour sa maison est une opération délicate. Il y a d’abord l’aspect esthétique bien sûr. Quelle couleur veut-on pour habiller notre façade ? Le bois va-t-il griser avec le temps ? Dans quel sens vaut-il mieux poser le bardage (à l’horizontale ou à la verticale) ? 

Il faut également tenir compte de la nature du bois et donc de son essence. Comment ce bois s’entretient-il ? Quelle est la résistance de ce parement et sa pérennité ? D’où vient-il ? Le bois est-il issu de forêts gérées durablement ?

Enfin il faut choisir un mode de pose (clins, claire-voie, couvre joint…) et définir un budget. Car entre l’épicea d’Europe du Nord et le pin radiata de Nouvelle-Zélande il peut y avoir un facteur 10 sur le prix. Voyons donc ces différences pour vous aider à choisir le bardage bois qui convienne le mieux à votre projet.

Les différents types de bardage bois

Bardage bois à clin

Le bardage bois à clin est un mode de pose utilisé depuis de nombreuses années. Il consiste à poser horizontalement l’une sur l’autre des planches de bois successivement. On part du bas de la façade et on vient recouvrir les planches les unes sur les autres d’environ 3 cm. Ce mode de pose s’appelle aussi “bardage à recouvrement“. Une pose des lames à la verticale est aussi possible. 

Le bois mis en oeuvre peut être parfaitement droit ou au contraire “non-déligné” pour donner à la façade un aspect plus rustique et plus brut. 

Bardage bois à clins

Bardage bois à clins

Bardage bois à claire-voie

Le bardage à claire-voie connaît un grand succès ces dernières années. Il est particulièrement apprécié pour son rendu esthétique à la fois contemporain et léger

Dans ce mode de pose, les lames sont plus fines que pour le bardage à clin et elles sont espacées d’un vide plus ou moins large (souvent autour de 20 mm). Un pare-pluie doit donc être posé derrière le bois pour protéger la façade. 

Bardage bois à claire-voie

Bardage à claire-voie

Il existe aussi une variante appelée “faux claire-voie” pour laquelle les lames imitent le motif du claire-voie. Elles se fixent à la manière d’un bardage à clins. 

Bardage bois à faux claire-voie

Bardage bois “faux claire-voie”

Bardage bois couvre joint

On l’appelle aussi le bardage type “Cap-Ferret” ou “ostréicole” car il est traditionnellement utilisé pour habiller les cabanes ostréicoles du Bassin d’Arcachon. On le trouve aussi sur les anciens séchoirs à tabac dans le Sud-Ouest.

Le principe consiste à fixer des lames les unes à côté des autres et d’ajouter un tasseau plus fin à chaque jonction afin de couvrir (et masquer) le joint entre chaque lame.

C’est un bardage plutôt économique au rendu sympa. Il est désormais souvent utilisé dans les bâtiments d’habitation.

Bardage bois couvre joint type Cap-Ferret

Bardage couvre joint ou “Cap-Ferret”

Bardage Cap-Ferret

Bardage Cap-Ferret

Pose horizontale ou verticale ?

Chaque type de bardage bois peut être posé soit à la verticale soit à l’horizontale. On voit aussi parfois des poses obliques (sur les pignons notamment).

Pose d'un bardage

Pose d’un bardage à faux claire-voie

Même s’il y a quelques différences techniques, le choix du sens de pose est avant tout esthétique. Le bardage participe en effet à l’aspect visuel de la maison et joue sur la perception des volumes et des dimensions. Ainsi, sur une maison de plain-pied on privilégie généralement une pose à la verticale pour ne pas accentuer la longueur de la façade. À l’inverse, sur une maison de plusieurs étages on pourra préférer une pose à l’horizontale, avec éventuellement une variante pour les pignons.

À noter cependant que la pose à la verticale offre de meilleure garantie quant à la pérennité du bardage car l’eau s’écoule plus facilement. Il y a ainsi moins de risques que de l’eau stagne et favorise le développement de champignons (amateurs de bois).

Bardage bois à l'horizontale et à la verticale

Bardage bois en pose verticale et horizontale

Quelle essence de bois pour le bardage de ma maison ?

Les essences de bois locales

Mélèze

Le mélèze est très prisé en France car il est produit localement et reste assez accessible (35 € / m²). Il est naturellement assez résistant à l’humidité (classe 3, voir tableau ci-après). Il possède une couleur brun clair avec quelques teintes de rose. À noter qu’il peut être sujet à des déformations (fissures) lorsqu’il est exposé à un climat très sec. Si vous êtes dans le Sud-Est de la France il faudra probablement vous tourner vers une autre essence de bois (Douglas par exemple).

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les aides à la rénovation : comment économiser des milliers d'euros sur vos travaux ?

Bardage bois en mélèze

Bardage bois en mélèze

Douglas

Cet autre résineux est naturellement résistant (classe 3 également) à condition de le choisir hors aubier (l’aubier est la partie située à la périphérie du bois et non au cœur (que l’on appelle “duramen”)). Le Douglas est produit en France. Son prix est de l’ordre de 20 € / m².

Bardage en pin douglas

Bois de pin douglas

Châtaignier

Le châtaignier est parfois utilisé “non-déligné” pour une pose horizontale à recouvrement. Sa teinte brun clair plaît pour son aspect naturel et authentique. Il coûte autour de 50 € / m².

Chêne

Plus rare pour une utilisation en bardage, le chêne est apprécié pour son esthétique et sa robustesse. Mais il est cher (90 € / m²).

Robinier

Le robinier (ou faux-acacia) est un des bois français naturellement le plus résistant car il est classé classe 4. Il est de couleur brun-jaune. Lui aussi est cher (90 € / m²). 

Les essences de bois importées

Épicea

C’est l’essence de bois la moins chère mais son bilan écologique n’est pas terrible. Même si l’épicea est cultivé en Europe (du Nord), il est issu d’une sylviculture intensive ce qui n’est pas souhaitable pour l’équilibre de la biodiversité. De plus, et c’est probablement le point le plus négatif, il n’est pas naturellement résistant aux intempéries. Il faut donc le traiter chimiquement par autoclave, c’est-à-dire que les produits sont injectés sous une forte pression pour pénétrer à l’intérieur du bois. Cela lui donne la propriété d’être utilisé en extérieur (classe 3). On le trouve à environ 10 € / m² (TTC).

Red Cedar

Le “Cèdre Rouge” est apprécié pour sa couleur brun-rouge et ses propriétés naturelles. Il est particulièrement adapté pour l’utilisation en bardage car il est léger, naturellement résistant à l’humidité (classe 3) et il supporte bien les variations climatiques. L’inconvénient est qu’il provient de forêts situées en Amérique du Nord et doit donc être importé. Il est aussi assez cher (70 € / m²).

Bardage bois en Cèdre Rouge "Red Cedar"

Bardage de Cèdre Rouge “Red Cedar”

Liège

Le liège cultivé pour le bâtiment vient du Portugal. J’aime beaucoup le liège comme revêtement de sol (notamment pour la rénovation de salle de bain) ou comme isolant pour des pièces humides (cave). C’est un matériau naturellement imputrescible offrant également une bonne isolation thermique et un confort d’usage certain. Il est utilisé également en bardage pour des bâtiments contemporains, mais cela reste assez rare tout de même. Il semble notamment qu’il puisse y avoir des difficultés au niveau de l’étanchéité de la façade à la jonction entre les panneaux (qui sont collés les uns à côté des autres). Le prix est d’environ 60 € / m².   

Padouk : un bois exotique

Le padouk est un bois rouge cultivé en Afrique de l’Ouest. C’est un bois “exotique” très résistant (classe 4) qui peut aussi servir pour des lames de terrasses. On l’utilise en bardage pour ses qualités physiques et esthétiques. Mais comme pour le Red Cedar, il est importé donc son bilan carbone n’est pas bon. Il coûte cher (100 € / m²). 

Pin radiata

Ce bois originaire de Nouvelle-Zélande subi un traitement “moléculaire” (sans produits chimiques) qui lui confère une meilleure dureté et une meilleure densité. Il est prisé des architectes pour ses qualités et sa teinte gris claire qui se stabilise uniformément. Son bilan carbone est mauvais du fait de son pays d’origine et du process de transformation. Il est classe 4 et coûte environ 100 € / m². Mais il est garanti 30 ans.

Les classes d’emploi du bois

L’utilisation du bois dans la construction est soumise à des règles et des normes permettant de garantir la pérennité de l’ouvrage. Parmi celles-ci il y a la norme NF EN 335 qui définit la classe d’emploi selon les risques d’exposition du bois à l’humidité. 

Il existe ainsi 5 classes :

Classe d’emploi Exposition du bois Exemples d’utilisation
1 A l’abri des intempéries, avec une humidité < 20%. Parquet, mobilier intérieur
2 A l’abri des intempéries, avec une humidité occasionnellement > à 20%. Charpente, ossature
3 Soumis à des humidifications fréquentes mais courtes, avec séchage avant une nouvelle humidification. Menuiseries bois, bardages
4 Soumis à une humidité > 20% fréquemment, en contact avec le sol ou de l’eau douce. Terrasses, poteaux, bancs
5 En contact permanent avec l’eau de mer. Piliers, pontons
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Isolants écologiques vs laine de verre: David contre Goliath?

Faut-il prévoir un entretien pour son bardage bois ?

Quand on utilise du bois à l’extérieur de sa maison on se pose légitimement la question de son entretien. 

Pour y répondre il faut distinguer 2 critères : la pérennité et l’esthétisme

Entretenir son bardage bois pour une plus grande longévité

Les essences de bois utilisées pour les bardages sont de classe 3 minimum. Elles sont donc adaptées pour un usage à l’extérieur. Théoriquement ces bois ne nécessitent donc pas d’entretien particulier

Dans les faits, pour prolonger la durée de vie du bardage, il est conseillé de le laver à basse pression de temps en temps (par exemple tous les 2 ans). Ceci afin d’enlever les moisissures et les saletés qui s’y seront déposées. 

Les bardages vendus dans le commerce sont généralement garantis 10 ans (30 ans pour le pin radiata modifié “moléculairement”). 

À noter également que lors de la mise en oeuvre il faut placer des grilles anti-rongeurs à la base et au sommet des façades. 

Traiter son bardage bois pour préserver sa couleur d’origine

Si aucun entretien n’est indispensable pour garantir la pérennité du bois, il en est autrement si l’on veut conserver la couleur d’origine du bois

Dans ce cas, afin de lutter contre le grisaillement naturel du bois qui se produit sous l’effet des UV, il est nécessaire d’appliquer chaque année un saturateur sur le bardage. Ce produit permet de créer une couche à la surface du bois afin de réduire le phénomène de grisaillement. Il existe des saturateurs “écologiques” à base d’un mélange d’huiles végétales (lin, tung, ricin). 

Grisaillement naturel du bois

Grisaillement naturel du bois

Face au coût (comptez 3 € / m² à chaque passage hors main d’oeuvre) et à la contrainte que représente ce traitement, mieux vaut selon moi se faire à l’idée du grisaillement lorsqu’on fait le choix d’un bardage pour sa maison. 

Parement bois en panneau de pin maritime

Panneaux de façade en contreplaqué de pin maritime (traité classe 4)

Le bois-brûlé ou “Yakisugi” : une bonne idée ?

Un autre type de bardage connaît un succès grandissant en France.

Il s’agit de la technique du bois brûlé. Celle-ci vient du Japon où de nombreuses maisons reçoivent un bardage de ce type. Le nom japonais est “Yakisugi” (qui signifie cèdre brûlé) ou encore “Shou sugi ban“.

Le bardage a alors une couleur noire avec des reflets argentés, dont les teintes varient au fil des saisons et de la lumière incidente. Cet aspect aurait d’ailleurs un intérêt pour limiter les surchauffes en été (contrairement à ce que l’on pourrait croire avec la couleur noire). Car sa surface craquelée est peu réfléchissante ce qui limite la réflexion du rayonnement solaire vers le sol autour de la maison et atténue ainsi son réchauffement.

Quoiqu’il en soit le plus grand intérêt de la méthode du bois brûlé réside dans la pérennité du matériau ainsi obtenu.  Le bois devient alors plus résistant aux agressions extérieures (insectes, champignons, feu). On peut appliquer la méthode du Yakisugi sur n’importe quel type de bois, mais on utilise souvent le douglas. Le prix est variable, autour de 60 € / m².

Bois brûlé Yakisugi ou Shou sugi ban

Maison en bois brûlé Yakisugi ou “Shou sugi ban”

Pour aller plus loin

Vous pouvez découvrir d’autres articles pour vous aider dans votre projet de travaux en tapant le mot-clé dans la barre de recherche sur le site.

Si vous n’êtes pas encore abonné-e à La Case Robinson et que vous avez le goût de recevoir des conseils et astuces pour réaliser la maison de vos rêves, vous pouvez le faire simplement en indiquant votre email dans un des formulaires du site. 

Je vous enverrai le Guide pour avoir une maison plus écologique et plus saine et les découvertes que j’expérimente au quotidien.

Enfin, si vous avez un projet de travaux et que vous vous posez des questions comme : Comment avancer ? Quels matériaux choisir ? Comment faire autrement et plus écologique ? Comment mieux aménager l’espace pour le rendre fonctionnel et confortable ? Comment analyser les devis et discuter avec les entreprises ? C’est mon métier de vous accompagner. Envoyez-moi un message pour en discuter et voir comment je peux vous aider dans cette aventure !

D’ici là, prenez soin de vous 🙏.

Partager cet article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire ici :

Envie d'une maison plus écologique ?