Le Meilleur de janvier

Que s’est-il passé pour moi en ce début d’année ?

Cet article poursuit la série intitulée “Le Meilleur de…”.

Je partage les sujets, ressources, et astuces que j’expérimente en ce moment.  

C’est parti pour le Meilleur de janvier !

La personne que je découvre

  • Jane Goodall

J’ai découvert l’éthologue Jane Goodall en lisant des articles sur l’impact de l’alimentation industrielle sur notre environnement. On y parlait notamment de son livre “Nous sommes ce que nous mangeons”. Puis, elle est venu au Festival Climax à Bordeaux en 2018. Son passage a marqué les esprits, comme souvent. 

Jane Goodall est aujourd’hui une des voix les plus populaires pour porter le message de la préservation de la biodiversité et de la nature à travers le monde.

Elle s’est fait connaître dans les années 60 par son long travail d’observation des chimpanzés en Tanzanie, mettant pour la première fois en évidence le fait qu’ils utilisaient des outils et tissaient des liens sociaux entre eux. 

Elle a ensuite fondé le Jane Goodall Institute qui mène des actions de sensibilisation et d’éducation auprès des enfants pour la sauvegarde de la planète. L’Institut gère également des programmes pour la préservation de la faune en Afrique, et notamment les chimpanzés.

L’image de “Wounda”, une chimpanzée qui l’enlace spontanément lors de sa réintroduction dans la forêt a fait le tour du monde. 

Ce qui me fascine chez elle, c’est son charisme, son naturel à incarner son message. Elle continue encore aujourd’hui à le porter à travers le monde à près de 85 ans. 

Chacun d’entre vous peut faire la différence chaque jour“.

– Jane Goodall

Elle a été nommée Dame Commandeur de l’Empire Britannique et Messagère de la paix des Nations Unies. 

Pour soutenir le Jane Goodall Institute : ici

Pour découvrir ses livres :

Elle a aussi travaillé avec Cyril Dion pour l’élaboration du film “Animal” qui sortira prochainement (2020).  

La leçon de chantier

  • Savoir faire preuve de souplesse

J’ai eu récemment la question suivante sur un nouveau projet : faut-il que les devis soient très détaillés ou non avant de les signer ?

La question est légitime, évidemment. 

La réponse est oui, car un devis doit décrire la prestation de façon précise, avec les quantités et le prix unitaire notamment. Ça fait partie des mentions obligatoires que l’artisan doit indiquer. 

Une fois signé, le devis engage les deux parties : l’entreprise pour la réalisation des travaux et le client qui donne son accord à l’exécution des travaux décrits. 

Il est donc important que le devis soit représentatif des travaux à faire. 

Seulement, parfois, il arrive que certaines décisions ne soient pas encore prises. Par exemple, le choix d’un carrelage, la couleur d’une peinture, ou l’emplacement définitif d’une prise de courant. 

Faut-il pour autant attendre que tout soit décidé et écrit sur le devis avant de signer ? Au risque de retarder le début des travaux ? 

Je pense qu’il faut savoir identifier quand il est bon d’apporter un peu de souplesse dans ce processus. Car bien souvent, le choix du carrelage (par ex.) n’a pas d’incidence sur le démarrage des travaux qui consiste souvent en de la démolition, la réalisation de cloisons ou de réseaux. 

Aussi il faut bien noter deux choses :

  • Faire un devis prend du temps. Demander des mises à jour à l’entreprise fait partie du jeu mais il faut être conscient aussi de l’investissement que cela représente. Et juger alors si c’est bien nécessaire.
  • De plus, les plannings des entreprises sont souvent très chargés. Donc, on s’expose à voir le démarrage des travaux se décaler tant que le devis n’est pas signé. 

Alors comment faire pour trouver le bon compromis ?

Il est possible d’inscrire sur le devis certaines mentions qui permettent de laisser un peu de liberté de choix par la suite :

  • Par exemple “bon pour accord sous réserve du choix de la couleur de la peinture par le client”.
  • Ou “peinture au choix parmi le nuancier RAL / de la marque…”
  • Ou encore “fourniture de la faïence, selon choix du client, prix public 25 € TTC /m²”.

En fait, tout ce qui n’est pas encore décidé peut être mentionné ainsi sur le devis. 

C’est ce que j’ai proposé à un client sur le projet en question. Car nous avions besoin que la démolition commence vite pour tenir le planning général, même si le choix du revêtement de sol n’était pas encore fait. 

On aurait pu attendre, mais cela aurait décalé la fin des travaux d’autant, ce qui n’était évidemment pas souhaitable pour le client. 

Finalement, le client a signé le devis et a vu les travaux commencer dès la semaine suivante, à son grand bonheur 🤗! Maintenant, il nous reste à trouver le bon parquet et le bon carrelage 😉!

Ce que j’expérimente

  • L’électricité 100% renouvelable et française

Je dis souvent que l’une des premières choses que l’on peut faire pour rendre son logement plus vertueux est de s’approvisionner en énergie “verte”. 

Ça a l’avantage d’être très simple et rapide à mettre en place. Et ça fait une grande différence ! On passe tout d’un coup d’une énergie émettrice de CO2 (ou de déchets radioactifs), et parfois extraite très loin du lieu de consommation (pour le gaz notamment), à une énergie 100% renouvelable produite en France !

On pourra ensuite s’intéresser au choix des matériaux, aux travaux d’amélioration énergétique, à la qualité sanitaire, etc… Mais ça prend plus de temps 😅. 

De mon côté ça fait maintenant plusieurs années que je teste des fournisseurs d’électricité “verte”. 

Ça n’a pas été simple de choisir le “bon” fournisseur. Car il y a de tout sur le marché. J’avais d’ailleurs écrit un article à ce sujet l’année dernière : “Fournisseurs d’électricité, 50 nuances de vert“. 

Et depuis plus d’un an je suis désormais chez Ilek

Ilek propose de l’électricité 100% renouvelable produite par les éoliennes et les barrages hydro-électrique français. Il vend également du “gaz bio” issu de la méthanisation des déchets agricoles. 

Il fait partie des fournisseurs “vraiment verts” du classement 2020 réalisé par Greenpeace. 

Au quotidien ça ne change rien concrètement pour moi. Car l’électricité est toujours acheminée par le réseau RTE et distribué par Enedis. Le tarif est également très similaire à ce que je payais avant. 

Mais je sais en revanche que ce que je consomme est acheté par Ilek auprès des producteurs d’électricité renouvelable français. Je participe ainsi à la promotion d’une énergie “verte”. 

Alors si vous voulez vous aussi profitez de ce début d’année pour changer de fournisseur et passer à l’énergie 100% renouvelable, je vous invite à souscrire à un fournisseur comme Ilek.  

Nota : si vous passez par l’un des liens Ilek de cet article ou que vous indiquez le code “ILEK94501” au moment de votre souscription, vous bénéficierez en plus de 100 kWh offerts 🤗. 

Le livre que je parcours

Je vous arrête tout de suite ! Je n’ai pas prévu d’auto-construire ma maison cette année !

(ça viendra peut-être plus tard 😉…)

Mais j’ai reçu ce “manuel d’autoconstruction” et j’ai eu envie de le partager avec vous. 

C’est un ouvrage bien fait qui traite de toutes les grandes étapes pour auto-construire sa maison bioclimatique.

On aborde le choix du terrain, les principes du bioclimatisme, les questions juridiques, les démarches administratives et bien sûr la construction elle-même. 

Tout cela tient dans 160 pages de textes agrémentés de schémas, photos et plans. C’est donc complet, mais sans décrire TOUT de A à Z évidemment.

Je pense néanmoins que ça peut constituer une très bonne première approche pour identifier ce que vous aurez à faire (ou que vous voudrez déléguer 😅), si vous vous lancez dans l’aventure de l’autoconstruction ! 

J’aime bien aussi le fait qu’ils centrent leur propos sur l’importance du bioclimatisme. Pour preuve cette citation vieille de plus de 2000 ans à la fin du livre : 

“Laisse-moi une année, j’ai d’abord besoin de vivre ici les quatre saisons. Et je te remettrai les plans de la grande ville que veut Alexandre.”

– l’architecte Dinocratès à Ptolémée qui lui ordonnait de dessiner les plans d’Alexandrie. 

Comment construire soi-même sa maison bioclimatique – Manuel d’autoconstruction, Stéphane Lajugie et Christophe Olivier, Eyrolles.

La citation qui m’inspire

Quand j’étais petit, ma mère m’a dit que le BONHEUR était la clé de la vie. A l’école quand on m’a demandé ce que je voulais faire dans la vie, j’ai répondu HEUREUX. Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question. J’ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la VIE.

– John Lennon

Pour aller plus loin

Si le format de cet article vous a plu vous pouvez découvrir les autres articles de la rubrique “le Meilleur du mois” ici : 

Si vous n’êtes pas encore abonné-e à La Case Robinson et que vous avez le goût de recevoir des conseils et astuces pour réaliser la maison de vos rêves, vous pouvez le faire simplement en indiquant votre email dans un des formulaires du site. 

Je vous enverrai les découvertes que j’expérimente au quotidien.

Et si vous êtes sur instagram, La Case Robinson y est aussi 🤗: @lacaserobinson.

Partager cet article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire ici :

Envie d'une maison plus écologique ?