Architecture d’intérieur : les règles d’or pour réussir son projet

Nous passons près de 50% de notre vie dans notre maison. C’est donc normal d’y prêter (beaucoup) d’attention.

On le sait, l’environnement dans lequel on évolue joue un rôle fondamental sur notre état d’esprit, notre bien-être et même notre santé. 

L’architecture d’intérieur, qui vise à organiser et décorer cet espace qui nous accompagne chaque jour, est alors essentielle. 

Comment faire les bons choix pour aménager son espace ?

Quelles sont les règles à respecter pour un projet réussi ?

Quelles questions faut-il se poser ?

Comment répondre aux besoins et aux goûts de chacun ? 

 Je vous présente les concepts clés à maîtriser pour travailler sur votre projet. 

Se poser les bonnes questions

C’est la première étape et il ne faut surtout pas la bâcler. 

Ce n’est pas la plus excitante, car on préfère tous commencer à dessiner et imaginer notre nouvel espace.

Mais se poser (concrètement) pour réfléchir à notre projet et nos attentes est primordial pour sa réussite.

Car pendant le chantier il y aura d’autres choses à penser et à faire. Et après le chantier il sera bien sûr trop tard. 

Donc prenez une feuille blanche ou un carnet, puis notez et répondez aux questions suivantes : 

  • Quel projet ? Que souhaitez-vous faire ? Rénover une maison de ville ? Réorganiser mon appartement ? Créer une chambre ? Ouvrir la cuisine sur le salon ?
  • Quel contexte ? Comment est orienté mon logement et quel est l’environnement proche (rue, végétation, exposition, bruit, étage, etc…) ?

Si vous lisez ce blog régulièrement, vous connaissez probablement l’importance de la prise en compte de l’environnement dans la conception d’un projet. Et notamment en appliquant les concepts du bioclimatisme

  • Pour qui ? À qui est destiné ce projet ? Qui seront les occupants réguliers et occasionnels ?
  • Quels besoins ? Comment je vis au quotidien ? Quelles sont les choses qui me manquent aujourd’hui ? Quelles sont les choses dont je ne peux pas me passer ?
  • Quels goûts ? Quelles sont mes couleurs / matériaux favoris ? Qu’est-ce que j’aime faire ? Qu’est-ce que j’aime dans la maison des autres ? 
  • Combien de temps ? Pendant combien d’années je pense vivre comme cela ? Dans ce logement ? La famille va t-elle s’agrandir ? Les enfants vont-ils partir ?
  • Quand ? Pour quelle date je souhaite avoir terminé les travaux ? Et quand je pense être prêt pour qu’ils commencent ? 
  • Avec quel budget ? Quel montant je veux mettre sur ce projet ? Comment vais-je le financer ?

Définir un budget est une étape importante. Cela aide à faire des choix, que ce soit à propos des surfaces, des matériaux, et même des intervenants. Car une bonne façon de réduire la facture est de faire une partie des travaux soit même. Si ce n’est pas possible, alors il faudra peut-être choisir des matériaux un peu moins qualitatifs ou de renoncer à certains postes. 

En travaux il y en a pour toutes les bourses. Mais on peut quand même établir quelques enveloppes prévisionnelles en fonction de la nature des travaux :

  • 500 € / m² : rénovation assez légère (quelques revêtements et aménagements) avec une bonne participation de votre part.
  • 1000 € / m² : rénovation plus importante qui peut être entièrement déléguée mais sans extravagance sur les matériaux et sans TOUT refaire non plus.
  • 1500 € / m² : à partir de ce montant on peut commencer à faire une rénovation complète, réorganiser des espaces entiers, et choisir des  matériaux haut de gamme.  

N’hésitez pas à noter toutes les choses qui vous passent par la tête, même les plus simples, celles qui vous paraissent absurdes ou les plus ambitieuses. Vous ferez le tri après. 

Faire ce travail prend du temps mais c’est la seule manière de vraiment établir le projet qui vous correspond. Une fois que vous aurez répondu à ces questions vous y verrez plus clair. Il sera plus facile de faire ressortir les points essentiels et de faire des choix.

Comprendre l’espace

Avant de commencer à dessiner il me semble utile de rappeler que nous faisons avant tout ce projet pour nous y sentir bien au quotidien.

Cela veut dire que le fonctionnel doit passer devant l’esthétique. Une fois que l’on sait cela, on peut très bien soigner le design. L’inverse est en revanche plus difficile.

Comme le prônait l’architecte Le Corbusier avec son Modulor, il s’agit de créer un espace aux dimensions du corps humains (et donc au service de celui-ci). 

L’architecture d’intérieur serait donc une affaire de proportion. 

©Simon Guesdon Photographie

Organiser les espaces en zones

Un logement est un espace délimité dans lequel cohabitent plusieurs personnes dont les besoins sont différents et varient au cours de la journée. 

Il est donc généralement utile de créer des “zones” dédiées à ces différentes activités :

  • Les zones parents / enfants,
  • Les zones nuit / jour,
  • Les zones de service (cuisine, cellier, salles d’eau) / agrément (salon, terrasse, véranda),
  • Les zones publiques / privées (éventuellement).

On évite par exemple de disposer une chambre d’enfant à proximité du salon (ni au-dessus). Placer des WC entre la partie jour et la partie nuit permet de l’utiliser sans nuire à la tranquillité des autres occupants. Une chambre d’ami peut se trouver proche de l’entrée (avec sa salle de bain) pour plus d’intimité.    

L’enjeu d’une bonne conception est ensuite de limiter au maximum les couloirs (et autres espaces de circulation) tout en garantissant une bonne distribution des pièces. Car les couloirs coûtent aussi cher à construire que le reste de la maison alors qu’on n’y vit pas vraiment. Donc on a intérêt à en réduire la surface. 

©Simon Guesdon Photographie

Les chiffres utiles pour dessiner son intérieur

Commencer à dessiner sans avoir quelques chiffres en tête peut vite être une perte de temps.

Quelle largeur faut-il dans un couloir ? Quel espace dois-je prévoir devant  un WC ? Quelle est la hauteur d’un plan de travail, d’une table à manger ? Quelle épaisseur fait une cloison ? Quelle dimension idéale pour une douche ? Quelle surface minimale pour une chambre ?

La liste peut être longue. On voit bien que si on ne prête pas attention à quelques règles de dimensionnement de base, alors tout notre projet risque vite d’être à refaire.

Voici donc les chiffres utiles pour commencer à dessiner en étant réaliste :

  • Largeur d’un couloir : 90 cm et 120 cm dans l’entrée (pour le croisement de 2 personnes)
  • Largeur d’une porte standard : 83 cm (il en existe de 73 et de 93 cm). Certains meubles comme les canapés font 80 cm de large donc pensez-y pour pouvoir les faire passer.
  • Hauteur d’une table à manger : 75 cm
  • Hauteur d’un bar : 100 à 110 cm
  • Hauteur d’un plan de travail : 90 cm (à adapter selon votre taille). Si vous êtes grand (1,85 m et +), ajoutez 5 à 10 cm pour être à l’aise. 
  • Profondeur d’un WC : 55 cm + 20 cm pour le bloc de chasse d’eau (intégré ou non au mur). Prévoyez en plus 50 cm d’espace libre devant le WC pour être assis confortablement. 
  • Dimension d’un receveur de douche : 80×80 cm est le minimum. 
  • Hauteur sous plafond* : 2,40 m dans une chambre et 2,75 m dans un salon. 
  • Espace libre devant une table ou un bureau : 80 cm pour placer une chaise et s’asseoir. 
  • Dimensions standards d’un lave-linge / lave-vaisselle : 60 x 60 x 85 (H) cm
  • Dimensions d’une vasque de salle de bain : 60 x 45 cm
  • Épaisseur d’une cloison : 70 mm pour une cloison standard, 100 mm si elle intègre une porte à galandage. 

*La loi Carrez stipule qu’une surface est comptabilisée comme habitable si la hauteur sous plafond est d’au moins 1,80 m. De plus, le Code de la Construction et de l’Habitation impose une surface minimale de 9 m² pour une chambre (avec 2,20 m de hauteur sous plafond) et 14 m² par personne dans la conception d’un logement.

©Simon Guesdon Photographie

Le secret des petits espaces

Quel est le point commun entre une tiny house, un van aménagé, un bateau, ou un appartement à Tokyo ? Ils ont tous une petite surface, souvent bien inférieure à 20 m² habitable.

Pourtant, ce sont de vrais espaces de vie pouvant accueillir plusieurs personnes. 

Alors qu’est-ce qui rend ces espaces néanmoins habitables et confortables ?

Ils sont fonctionnels

Tout a été pensé pour prendre un minimum d’espace et avoir un maximum d’utilité. 

Ils sont efficaces

Il n’y a pas de surface perdue. Que ce soit au sol (il y a très peu de circulation, tout se fait autour d’un noyau central). Ou sur les murs (toute la hauteur est utilisée). 

La contrainte initiale (le manque de place) devient un principe de conception qui oriente tous les choix. 

On peut s’inspirer de cet exemple pour se forcer à se poser la question : de quoi ai-je vraiment besoin chez moi ? 

En y répondant sincèrement on facilite la prise de décision et le dessin vient plus facilement. 

Il y a une citation d’Antoine de Saint-Exupéry qui illustre bien ce concept :

La perfection est atteinte non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter mais lorsqu’il y a plus rien à enlever. 

Antoine de Saint-Exupéry

©Simon Guesdon Photographie

Les bonnes pratiques pour la décoration

Un espace fonctionnel et bien pensé n’est pas nécessairement esthétique ni chaleureux. 

Or, savoir décorer sa maison est tout aussi important pour finaliser son projet. 

J’ai déjà abordé le thème de la décoration dans cet article. En voici néanmoins les grandes lignes :

  • Penser à la méthode des 4R pour les objets qui vous entourent : Refuser (le superflu) / Réduire (aller à l’essentiel) / Réparer / Recycler
  • Adopter le minimalisme : offrez-vous de l’espace et de la liberté d’esprit en réduisant les sollicitations extérieures
  • Home Organising : faîtes-vous du bien en rangeant et en triant.
  • Slow déco : des matériaux naturels, faits par des artisans dans de bonnes conditions de travail et de respect de l’environnement participent à la sensation d’un intérieur réussi. 

©Simon Guesdon Photographie

S’inspirer d’une pratique millénaire

La culture chinoise traditionnelle est fortement axée autour du bien-être. C’est d’elle que vient l’art du Feng-Shui notamment. Il s’agit d’insuffler de “l’énergie” à un lieu. Cette énergie s’appelle le “chi”.

Quelques règles permettent à ce chi de circuler librement et harmonieusement dans la maison afin d’apporter santé, bien-être et prospérité à ses occupants. 

  • Évitez les longs couloirs et les “culs-de-sac”.
  • Libérez l’espace dans la chambre pour permettre à l’énergie de circuler.
  • Placez une tête de lit pour apporter du soutien et du réconfort derrière vous lorsque vous dormez.
  • Utilisez les 5 éléments pour la décoration de votre maison : le bois, le feu, l’eau, la terre, le métal.
  • Épurez les espaces encombrés car le désordre absorbe toute la bonne énergie.
  • Retirez les objets inutiles et à angles vifs.
  • Ajoutez des plantes dans les angles et devant les obstacles (poteaux).
  • Ne disposez pas votre lit, canapé, chaise de telle sorte que vous soyez dos à la porte. Notre instinct de survie (partie primitive de notre cerveau) se met en effet en alerte permanente lorsque le danger potentiel n’est pas visible.
  • Simplifiez la décoration de votre chambre (couleurs naturelles, peu de mobilier), ne placez aucun objet sur le mur au-dessus de votre tête (la sécurité est essentielle dans l’approche feng-shui). Ne mettez pas de miroir dans celle-ci.
  • Ne laissez pas d’objets cassés, réparez-les ou donnez-les.

©Simon Guesdon Photographie

Pour aller plus loin

Je vous recommande aussi les articles suivants sur le blog :

Si vous n’êtes pas encore abonné-e à La Case Robinson et que vous avez le goût de recevoir des conseils et astuces pour réaliser la maison de vos rêves, vous pouvez le faire simplement en indiquant votre email dans un des formulaires du site. 

Je vous enverrai les découvertes que j’expérimente au quotidien.

Et si vous êtes sur Instagram, La Case Robinson y est aussi : @lacaserobinson.

Ressources

Partager cet article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire ici :

Envie d'une maison plus écologique ?